Publié le

L’amour dans le sang Valandray

L’amour dans le sang

L'amour dans le sanglivre ou e-book

Résumé :

L’amour dans le sang, ou l’incroyable histoire d’une femme qui a tant aimé la vie qu’elle eut besoin d’un autre cœur.

À quinze ans, Anne-Charlotte Pascal quitte brutalement une vie d’adolescente insouciante pour devenir Charlotte Valandrey, l’héroïne éclatante du film Rouge Baiser. Vingt ans plus tard, à l’hôpital de la Salpétrière, on lui greffe un nouveau cœur.

C’est cet itinéraire que la comédienne raconte ici, la gamine espiègle étouffée par une vie bourgeoise qui ne lui ressemble pas, la jeune fille entrée de plein fouet et sans aucune prévention dans le tourbillon du succès, les coulisses sans pitié du monde du cinéma et de la télé, enfin la jeune femme au cœur trop tendre, en quête éperdue d’amour.

Une existence romanesque, faite de rencontres essentielles, de rendez-vous ratés, d’amours passionnées, de difficultés à s’aimer, à aimer, de démesure humaine, d’une envie de vivre ” malgré tout “, de trouver un nouveau souffle.

Dans un style direct et sans concessions, ce livre raconte l’histoire d’une renaissance. Plus qu’un témoignage, c’est une véritable leçon d’amour et de vie.

 

Mon avis :

Qui ne connait pas Myriam Cordier, cette fille agitée, courageuse, insolente avec un grand cœur* ?

Mais qui connait Charlotte Valandrey ou plutôt Anne-Charlotte Pascal, de son vrai nom, l’actrice qui se cache derrière ce personnage qui nous a accompagnés dans les aventures des Cordier, juge et flic ?

Si ma belle-mère ne m’avait pas prêté ce livre, je n’aurais jamais connu ni son vrai nom ni son histoire.

Et quelle histoire !

On pense toujours les stars pleines aux as et heureuses (puisque riches), et bien l’amour dans le sang vous donnera bien des sueurs. Je ne pensais pas qu’on pouvait accumuler autant de malchance tout en étant célèbre !

 

Un livre poignant qui retrace la vie de la fille puis femme qu’est Charlotte Valandrey, mais au style un peu trop haché à mon goût. C’est dommage.

Un détail qui ne m’a pas arrêtée, puisque j’ai lu tous ses autres livres et que j’attends le suivant avec impatience.

 

Juste deux petits passages que j’apprécie et qui font comprendre qu’on doit faire attention à ce qu’on dit aux enfants (pg 46)

Elle l’a déposé sans rien dire à personne. Je ne comprends pas, j’avale ma tristesse, je vais dans ma chambre.. Othello était mon chien gentil toujours dans  mes pas, ses boucles dans mes doigts.

….

Un soir peut-être, mon père rentrera, je ne serai plus là. Ma mère m’aura déposée dans un lieu secret, qu’elle aura oublié, fatiguée, à bout de moi.

 

*Citation de Charlotte Valandrey elle-même (pg 170)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *