Publié le

A vous de continuer novembre 2015

A vous de continuer novembre 2015

A vous de continuer novembre 2015“Tout s’est effacé…”

Je vous propose un début, à vous de poursuivre par une phrase ou plus, selon votre inspiration, selon votre temps, selon votre envie.

Allez, à vos claviers !

 

“Tout s’est effacé…”

 

Vos productions :

– Ardoise grise ancrée au fond de ma mémoire, que de souvenirs soulevés ce matin depuis cette institutrice sévère, style vieille fille pour la vie, jusque sa conception, carton ou véritable ardoise. Le riche avait une ardoise venue des mines d’Angers, le pauvre celle de carton car l’école ne fournissait pas gratuitement ce dont nous avions besoin pour écrire.

– Tout s’est effacé mais pas l’odeur de craie … de bons souvenirs d’enfance, à notre époque  les jeunes ne savent pas ce qu’ils perdent !

– En fait rien ne s’efface tout reste dans un coin de notre tête mais il est plus rassurant pour le présent d’effacer l’ardoise et de recommencer.

– L’ardoise s’efface ! Oui ! Mais de quelle ardoise parle-t-on ? Il en est une qui a bien du mal à disparaître, c’est l’ardoise financière qui peut vous poursuivre toute une vie surtout si vous avez oublié de rembourser un ami qui vous avait aidé il y a bien longtemps. Le lien entre l’amitié et ce type d’ardoise ne s’efface jamais.

– Tout s’est effacé mais le souvenir reste, la vie reprend ses droits, il faut toujours aller de l’avant.

 

– Tout s’est effacé …,

Tout doit être recommencé !

Mais rien n’est perdu, silence … !

Quelques vers mis en balance,

Les idées peu à peu reviennent,

Les mots chers s’en souviennent ! (Khris)

 

– Blouse grise, aussi grise que l’ardoise est noire, longtemps tu m’as fait peur. Qui était ce personnage qui nous apprenait à lire et à écrire sans faute en commençant non sur une belle feuille de papier, mais sur une ardoise noire qu’il pouvait effacer, faisant disparaître les horreurs qui avaient été écrites. Son geste suffisait à nous faire découvrir la faute, mais il fallait tout recommencer car du revers de sa manche grise, la blanc de l’ardoise avait disparu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *