Publié le

A l’abri de la différence 2

A l’abri de la différence (2e partie)

Si vous avez raté la première partie de A l’abri de la différence, rendez-vous ici

A l'abri de la différence

La suite de A l’abri de la différence

Voici la suite du début du roman A l’abri de la différence, je rallongerai tous les lundis.

lundi 7

– Tais-toi. Je ne veux pas entendre ce genre d’horreur. Si elle est là, c’est qu’elle doit l’être.

– Mais…

– Pas de mais, et je te la confie. Tu t’occupes d’elle. Si elle a besoin de quelque chose, tu le lui donnes, dans la mesure de nos capacités bien sûr.

– Mais…

– Qu’est-ce qui te gêne, hein ? Elle ne va pas te faire de mal. En plus, elle ne sait rien, et ne lui dis rien. Je lui expliquerai le moment venu. Maintenant, je dois sortir. Alors, garde un œil sur elle.

lundi 14

Anna n’a pas le temps de répondre, et elle sent bien que cela aurait été inutile. L’homme qui les a amenés ici et qui paraît tout diriger ne lui a pas vraiment laissé le choix. Elle s’installe en vue de la jeune femme tout en restant avec le reste du groupe. Des enfants gesticulent, commencent à s’énerver. Le temps est long. Leurs mamans les rouspètent, ils se calment cinq minutes avant de recommencer. Anna leur fait signe de s’approcher. Ils ne se font pas prier, c’est l’occasion de bouger de quelques centimètres. Tout en gardant un œil sur sa mission, Anna propose un jeu calme aux enfants.

lundi 21

Une maman s’interpose.
– C’est ce qu’il t’a demandé de faire ?
– Non, j’ai juste pensé…
– Pensé à quoi ? Tu crois que c’est le moment de jouer ? Tu imagines qu’on a la tête à s’amuser et à rire ? Ta jeunesse te rend inconsciente !
– Bien au contraire. Nous sommes coincés là, et alors ? Vous pensez tous rester assis à ne rien faire, sans rien dire ? Vous comptez prendre racine ? Combien de temps allons-nous rester là ? Deux jours, deux semaines ? Deux mois ? Plus peut-être. Et vous allez tous attendre ainsi ? Vous ne croyez pas qu’on devrait s’organiser une vie ici pour mieux supporter ce moment ? C’est assez grand pour s’installer correctement et peut-être pourrait-on se trouver des petits coins pour que chaque famille ait un peu plus d’intimité. Nous devons trouver une activité et nous bouger. Nous ne pouvons pas rester inertes.

lundi 28

– Tu as peut-être raison. Les hommes, vous pourriez explorer le coin. Nous allons voir pour le repas. Et toi, tu t’occupes des enfants. Les grands vont t’aider.
– Très bien, mais je dois également veiller sur la jeune femme.
– Elle ! Ce n’est pas nos oignons !
– Pas le vôtre mais c’est devenu le mien.

lundi 04

Emilie ouvre les yeux. Face à elle, tout est marron. Elle regarde ses mains, ses vêtements. Non, sa vue n’est pas trouble. Tout est bien marron devant elle, au-dessus aussi. Mais où est-elle ? Elle se souvient alors de cette nuit, le bruit, puis la main sur sa bouche. Ce n’était donc pas un rêve. Elle a été enlevée et déposée elle ne sait où. Elle essaie de se retourner et aperçoit quelqu’un qui s’approche. Elle se retourne face au mur.

lundi 11

– Bonjour, je m’appelle Anna. Tu es réveillée ?

Emilie referme les yeux et ne répond pas.

– Si tu as besoin de quelque chose, n’hésite pas.
Emilie ne répond toujours pas.
Elle a de l’humour celle-là. Si elle a besoin de quelque chose ? Mais bien sûr, elle a besoin de quitter cet endroit et de rentrer chez elle. Elle l’enlève et lui demande si elle a besoin de quelque chose. C’est une blague, non ?

Lundi 18

– Tu sais, je ne suis pas loin, je m’occupe des enfants, tu n’as qu’à me faire signe.
Des enfants ! Parce qu’en plus elle agit en étant entourée de ses enfants ! Ou alors, on l’a obligée, elle le fait pour les protéger ! Elle est forcée d’obéir pour ne pas qu’on leur fasse du mal. Mais alors, peut-être pourrait-elle s’enfuir facilement… Et si cela entraînait des problèmes pour les petits…

Tout s’enchaîne dans l’esprit d’Emilie. Elle ne sait plus ce qu’elle doit faire. De toute façon, elle est bien décidée à ne pas se précipiter. Observer, écouter, lui paraît la meilleure solution pour le moment, essayer de comprendre le rôle de cette femme qui ne lui paraît plus si antipathique.

Lundi 25

Anna retourne près des enfants. D’un œil, elle aperçoit Emilie qui se met sur le dos. Elle a bien compris qu’elle ne dort pas et qu’elle refuse la communication. Peut-elle lui en vouloir ? Des liens peuvent difficilement se créer dans ces conditions, pourtant l’épreuve en serait moins difficile à supporter. Anna ne sait trop que faire. Qui pourrait l’en blâmer ? L’homme qui lui a confié la mission ?

Lundi 1

Les enfants la tirent rapidement de ses pensées. Ils ont encore toute leur innocence et ne se rendent pas compte de tout ce qui se joue autour d’eux. Les occuper n’est pas la tâche la plus simple. Il n’y a rien pour aider, leur raconter une histoire, chanter, leur apprendre une poésie, faire quelques jeux calmes… Anna en revient vite aux mêmes activités. Les enfants en sont conscients mais préfèrent la répétition à la station assise, sans bouger contre un mur. Le temps leur paraît moins long et les hommes qui les ont amenés ici sont de retour. Dès leur arrivée, ils sont surpris par tant de remue-ménage.

Lundi 8

Le meneur vient se renseigner auprès de la jeune femme.
– Anna, que se passe-t-il ici ?
– Quitte à rester ici, nous nous organisons pour mieux vivre ensemble.
– Je vois, et tu es à l’origine de tout cela ?
– C’est un reproche ?
– Non, je me renseigne.
– Puis-je me renseigner sur ton nom ? Ce serait plus simple pour s’adresser l’un à l’autre.
– On m’appelle Yan.
– C’est ton prénom ?
– On m’appelle ainsi, c’est tout ce que tu as besoin de savoir. Alors, est-ce toi ?
– Disons que j’ai un peu secoué tout le monde pour les sortir de leur léthargie. On n’allait quand même pas rester contre ce mur ?
– Très bonne initiative. Et la jeune femme ?
– Elle est réveillée mais refuse tout contact.
– Tu as essayé ?
– Oui, mais dès que je m’approche, elle se tourne et ferme les yeux comme si elle dormait.
– Comment sais-tu alors qu’elle est réveillée ?
– Parce que je la surveille de loin, tout en m’occupant des petits.
– Bien, tu me fais visiter ?
– Moi ? Non. Je n’ai pas géré l’installation. Les hommes feront les guides mieux que moi. Mais je vais suivre aussi, si cela m’est permis.
– Bien sûr, je vais demander à un de mes gars de prendre ta relève.

Lundi 15

Un garde mis en place, Yan suit Anna qui va rejoindre les hommes. Ils s’enfoncent dans le fond de la grotte et découvrent les pièces réservées à chacun. Yan a la surprise de se voir attribuer un coin bien à lui, alors que ses hommes sont à plusieurs dans une chambre. La suprématie du chef ? Il ne se sent pas chef pour deux sous, pourtant la mission qui lui a été confiée l’oblige à diriger d’autres hommes et à aller contre ce qu’il est dans l’âme. La mission, il n’était pas obligé de l’accepter. Pourtant, il n’a pas hésité longtemps, quitte à se faire violence pour être ce qu’il n’est pas. Cette mission, il doit la mener à bien, il ne le conçoit pas autrement.

 

La suite de A l’abri de la différence.

 

8 réflexions au sujet de « A l’abri de la différence 2 »

  1. Très bon lundi gros bisous

  2. Très bon lundi t’as ete tague sur mon blog gros bisous

    1. Je vais voir ça !

  3. une bonne semaine en lecture

  4. pas tjs évident de créer des liens

  5. Très sympa vidéo que donne envie très bon mardi bisous caty

  6. Merci Séverine, je vais suivre cette… affaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *