Publié le

Atelier 15 : la femme sous la lumière étrange de la lune

Atelier 15 : la femme sous la lumière étrange de la lune

Atelier 15

Les ateliers d’écriture de Ghislaine.

Consigne de la semaine : je vous propose une photo dont vous exprimerez votre ressenti, sans thème imposé.

J’y ai en plus intégré le défi de Mandrine qui nous propose d’intégrer dans notre texte “ Il sortit de la maison sous la lumière étrange de la lune et marcha pieds nus jusqu’au bout de la rue …”

Atelier 15 : la femme sous la lumière étrange de la lune

Il sortit de la maison sous la lumière étrange de la lune et marcha pieds nus jusqu’au bout de la rue. Il entendait une voix qui le poussait à avancer comme le chant des sirènes. Une voix attirante et irrésistible qui le menait par le bout du nez. Ni la fraîcheur de la nuit, ni la douleur que lui causait sa marche sans chaussure, ne l’empêchait de continuer.

Une fois au bout de la rue, il emprunta le chemin qui l’emmenait vers la rivière. Les cailloux blessaient ses pieds, les hautes herbes lui fouettaient les jambes, mais il continuait sans sourciller. La voix l’appelait encore et toujours. Il en était sûr à présent, c’est lui qu’elle appelait. Mais en était-il réellement conscient ? Il avançait tel un automate, un somnambule, un homme hypnotisé. Hypnotisé, dis-je ? Il le fut encore plus lorsqu’il la vit, là, sur le pont qui enjambe les deux rives. Il s’immobilisa d’abord pour mieux l’observer dans la clarté de la lune, la lune qui paraissait l’enlacer dans son écrin de blancheur.

Elle ôta son haut tout en continuant à l’appeler. Sa silhouette qui se détachait de l’auréole blanche, lui causa comme un choc électrique qui lui parcourut tout le corps. Il approcha encore, toujours plus prêt jusqu’à la toucher. Il perdit l’équilibre et tomba dans l’eau. La chute lui remit les idées en place. Il se retourna vers le pont qu’il trouva vide et silencieux. Où était-elle passée ? Avait-elle réellement existé ailleurs que dans son imagination ? Nul ne le saura jamais, sauf si vous venez, vous aussi à la rencontrer. Mais rappelez-vous bien, on ne touche qu’avec les yeux !

 

La production de l’Hirondelle Dany pour l’atelier 15 :

Il sortit de la maison sous la lumière étrange de la lune et marcha pieds nus jusqu’au bout de la rue. Ces pieds sont en sang déjà après quelques enjambées. Il faut dire que la rue n’est pas encore goudronnée. Certains la préfèrent ainsi avec leur coté écolo ! On voit qu’ils ne marchent jamais pied-nus sur la route ou dans la campagne.

Mais je ne regrette pas l’état de mes pieds. Au coin de la rue, une fois passé toutes les maisons qui me cachaient la vue, un spectacle inoubliable n’a pu qu’éblouir mes yeux. Vous ne me croirez pas ! Mais devant moi, une apparition étrange ! Sur un petit pont qui rappelle ceux des jardins japonais, se promenait une femme, tout de noir vêtu. Derrière elle, une grande demi-lune, ou si vous voulez un demi-cercle tout gris et presque blanc. On aurait dit qu’elle voulait me parler car son regard ne quittait pas ma personne. Je suis resté là, immobile, sans voix. Comme un enfant devant une marionnette, j’étais subjugué. J’y serai resté toute la nuit tellement cette femme était jolie et agréable à regarder.

Brutalement, un petit nuage gris a effacé cette apparition et je suis rentré à la maison pour me soigner les pieds.

11 réflexions au sujet de « Atelier 15 : la femme sous la lumière étrange de la lune »

  1. Ah je souris à ton texte, car avec cette illustration j’ai choisi… un même chemin ! Jeudi… 😉

  2. J’aime beaucoup ton texte… on dirait une légende…

  3. Merci Severine,
    Je constate que certaines ont eu le meme ressenti.
    J’ai bien aimé ta façon d’aborder l’image puis d ela conclure
    Un peu de mystere c’est toujours bien
    Merci Severine

  4. Il sortit de la maison sous la lumière étrange de la lune et marcha pieds nus jusqu’au bout de la rue. Ces pieds sont en sang déjà après quelques enjambées. Il faut dire que la rue n’est pas encore goudronnée. Certains la préfèrent ainsi avec leur coté écolo ! On voit qu’ils ne marchent jamais pied-nus sur la route ou dans la campagne.

    Mais je ne regrette pas l’état de mes pieds. Au coin de la rue, une fois passé toutes les maisons qui me cachaient la vue, un spectacle inoubliable n’a pu qu’éblouir mes yeux. Vous ne me croirez pas ! Mais devant moi, une apparition étrange ! Sur un petit pont qui rappelle ceux des jardins japonais, se promenait une femme, tout de noir vêtu. Derrière elle, une grande demi-lune, ou si vous voulez un demi-cercle tout gris et presque blanc. On aurait dit qu’elle voulait me parler car son regard ne quittait pas ma personne. Je suis resté là, immobile, sans voix. Comme un enfant devant une marionnette, j’étais subjugué. J’y serai resté toute la nuit tellement cette femme était jolie et agréable à regarder.

    Brutalement, un petit nuage gris a effacé cette apparition et je suis rentré à la maison pour me soigner les pieds.

  5. Quand il est tombé dans l’eau je m’attendait a lire et il c’est réveillé en sursaut….Joli bravo. Bisesssss

  6. Coucou Séverine
    J’ai bois près de chez moi et je t’assure que je l’apprécie…
    passe une belle soirée
    bisous

  7. Coucou Séverine
    J’ai un joli bois près de chez moi et je t’assure que je l’apprécie…
    passe une belle soirée
    bisous

  8. bonjour
    très jolie légende
    bonne journée
    amicalement
    mamie nicole

  9. Excellent je n’avais pas vu ce que t’avait suggéré cette image et le deux en un est particulièrement bien approprié .
    Bises .

  10. […] Atelier 15 : la femme sous la lumière étrange de la lune – Sevylivres said […]

  11. Heureusement qu’il y a les récapitulatifs que je reprends chaque fois un par un pour ne rien oublier,
    Et je me suis aperçue que je t’avais pas laisse de message
    Merci pour ta participation et bravo pour les deux textes, deux en un
    Bonne soirée
    Bisous
    Mandrine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *