Publié le

Innocence d’un enfant de Julien Rigottier Gois

L’innocence d’un enfant

 

Résumé de l’innocence d’un enfant :

Émilie, enfant de Tahiti …
“…L’histoire d’une jeune femme solaire. De mystérieux événements, des voyages lointains…”
“… Aborder un tel sujet est important, les personnages poussent le bouchon loin et c’est assez inédit de les présenter comme des héros positifs… Notre moralité est prise à partie et c’est bien.”

… a grandi en France.
Entourée de l’amour de ses parents adoptifs, elle a réussi de brillantes études de médecine.
Le hasard d’une rencontre fait ressurgir de biens sombres souvenirs.
Émilie trouvera la voie, qui la ramènera vers ses douces îles du Pacifique.

Mon avis :

Une livre qui commence par une histoire banale, une jeune femme qui a été adoptée et qui vit très bien cette adoption avec des parents qui l’ont aimée comme leur propre fille. Une histoire simple qui pourtant prend d’un coup un tout autre tournant lorsqu’un événement anodin fait ressurgir chez cette jeune femme des souvenirs qu’elle croyait profondément cachés au fond d’elle.

De là, l’histoire prend une toute autre tournure, évoquant des faits qui ne devraient pas se dire. Non pas qu’ils devaient restés cachés, mais qui devraient ne jamais avoir lieu. Des souvenirs choquants, qui font souffrir et qui surtout emmènent la jeune femme a changé radicalement sa façon d’être. Une quête de la vérité, de la justice… et même si les moyens employés sont discutables, le résultat est compréhensibles.

Une histoire qui est un vrai cri de colère contre l’innommable, ce qui ne devrait jamais être, un cri qui devient finalement un cri de guerre.

La fin peut paraitre un peu trop rose, mais cela ne me dérange pas. Un bon moment de lecture entre joie et haine, entre la France et les îles, entre amour et vengeance.

Enfin, merci à Julien de m’avoir laissé découvrir ce livre en service presse.

13 réflexions au sujet de « Innocence d’un enfant de Julien Rigottier Gois »

  1. Adopter un enfant c’est un acte louable, ma nièce est sur les listes, un jour ils sont en quête de leurs racines ou comme ici un hasard… merci Séverine…

  2. L’innommable quel qu’il soit, reste toujours ancrés en celui qui l’a vécu. Certains le gardent en mémoire et bâtissent leur vie autour de ce vécu. D’autres l’enterrent profondément en eux, cherchant à l’étouffer, à l’oublier pour pouvoir vivre. Mais hélas jamais rien ne reste enfoui. On bâtit sa vie autour d’un souvenir qui n’est plus conscient et c’est pire encore car certaines réactions deviennent incompréhensible. Le corps réagit, lui même si l’esprit ne sait plus pourquoi. Et le jour où a lieu l’explosion d’une révélation, le monde s’écroule.
    Sujet difficile et pourtant une réalité pour tellement de gens.
    Ce livre me tente bien.

  3. D’après le résumé de Sévy, cette histoire se retrouve souvent dans les cas d’adoption. Un grain de sable inattendu et souvent non voulu, vient bouleverser une vie qui paraissait bien construite. Personne n’a voulu détruire ce qui avait été construit pendant des années, personne ne voulait mettre en doute l’amour reçu et donné, et pourtant tout peu être mis en cause et renverser une vie bien calme jusque là.

  4. Je ne suis pas d’accord lorsqu’on relie l’adoption à ce genre de problème. Évidemment de nombreux enfants adoptés viennent de pays en guerre, ou sont issus de familles perturbées donc forcément il y a des traumatismes parfois cachés. On a suffisamment de recul pour en parler.
    Mais ce genre de problème se vit au quotidien pour des milliers de gens sans pour autant avoir été des adoptés mais on en parle moins, cela se sait moins.

    Pour traiter du sujet, l’auteur semble avoir choisi l’adoption mais gardons conscience que les traumatismes cachés se vivent dans tous les milieux

  5. Attention, le problème soulevé n’a rien à voir avec l’adoption. L’adoption a été très bien vécue, c’est autre chose, vécu une fois adoptée, mais si vous lisez le livre, vous verrez que c’est arrivé à des enfants non adoptés aussi.
    Pestoune, Dany sait de quoi il parle puisqu’on connait l’adoption chez nous, d’une petite fille (bien grande maintenant) qui n’est pas issue d’une famille en guerre, ni d’une famille perturbée. mais là est un autre sujet.

    1. Je n’ai aucunement eu l’intention de remettre en doute ce qu’écrivait Dany. Je voulais juste dire que adoption ne voulait pas systématiquement dire : traumatisme caché.
      Je suis désolée si mon com l’ait offensé en quelque façon que ce soit.

      1. Je ne pense pas, autrement, je lui ferai un gros bisou, un de ces jours !
        En fait, je voulais recadrer un peu le sujet, car l’adoption n’est vraiment pas le problème dans ce livre.

  6. Le titre me parle beaucoup…

    L’innocence d’un enfant quand il vient en ce monde il est vite dénaturé au fil des années…Tout dépend dans quel monde il va évoluer… Car la vie n’est pas de toute douceur en ce bas monde…Un jour ou l’autre l’enfant veut connaître ses vraies racines ce qui est légitime pour lui. Le manque affectif ne sera jamais combler il en devra faire son deuil malheureusement. C’est une chance de pouvoir être adopté, de ne pas être dans un institut…mon mari orphelin a connu cette terrible situation, il est marqué à vie.
    Donc je ne doute pas un seul instant que ce livre doit être prenant et surprenant.
    Voilà, je voulais déposer ce petit mot.
    bonne journée
    bisous

  7. les souvenirs enfouis même hyper profond reviennent toujours tôt ou tard….je prend note merci. Bisesssss

  8. Je ne connais pas ce livre qui semble bien bouleversant… Au plaisir!

  9. Bonjour et merci.
    Je vous invite à découvrir l’univers d’ Emilie, une héroïne pleine de paradoxes.
    Un sujet délicat, d’ailleurs trop sensible pour la direction d’un des médias de Tahiti pour en faire un sujet. De nombreux polynésiens ont apprécié.

  10. […] Séverine nous parle de « Innocence d’un enfant » de Julien Rigottier Gois : ICI […]

  11. […] L’innocence d’un enfant : un autre roman qui fait ressurgir un passé douloureux […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *