Publié le

Haïkus 27 : une atmosphère délétère…

Haïkus 27

Haïkus 27 : une atmosphère délétère…

Pas trop inspirée par le sujet, je me suis laissée guider par ce montage photo fait par Lénaïg.

Haïkus 27 : une atmosphère délétère…

 

Haïkus 27

Guerre et fanatisme

Pas gai pour les habitants

Sans cesse la peur.

 

Climat détraqué

Les éléments se déchainent

Trop de morts pleurés.

 

Air trop pollué

On ne peut plus respirer

L’homme est à juger.

 

Le monde en danger

Il faut en prendre conscience

Et se secouer.

 

Hommes politiques

Où menez-vous nos pays ?

Pensez-donc à nous !

 

Où est la justice ?

Sommes-nous devenus fous ?

Temps de réagir.

 

La production du Chaton :

Est délétère
celui qui nuit la santé
de ses collègues.

Fumeur sans arrêt,
Es-tu conscient du malheur
Que tu sème partout.

Le monde est fou
D’élire des inconscients
que le gouverne.

 

La production de Zaza

Promesses politiques
Magouilles en tout genre
~ Monde pourri

 

La production de Abécé

Course au bonheur
en passant complètement à côté
que cherchons-nous ?

Chaton sans haïkus

Délétère !

Délétère
Comme adultère,
Deux situations non acceptées
Qui grignotent la santé.
Toi qui m’as enfumé
Sans réussir à m’accoutumer,
Pendant 7 années
Ou tu m’as aliéné,
Aujourd’hui, je te hais,
Tout en restant muet.
Dans ce bocal qu’était ton bureau,
Autour du dôme, les arceaux
Se décomposaient
Et devant l’architecte, tu médisais,
Refusant de voir les dégâts de ta cigarette
Nullement indiscrète.
Ta fumée glissait au dessus des cloisons,
Et répandait son poison.
Aujourd’hui mes poumons,
Sont couverts de goémon,
Et la nuit me réveillent,
Alors que dort encore le soleil.
Comment normalement respirer
Sans pour autant transpirer,
Lorsque l’asthme vous secoue
Et vous réveille d’un seul coup.
Toi qui m’as enfumé
J’ai du mal à assumer,
Ce que dans mon être tu as semé
Et l’intérieur abimé.
Saurais-tu reconnaitre,
Comment  tu as vécu en maître,
Par des gestes anodins,
Qui ne sont pas mondain.

 

Le thème est donné sur le blog de Lénaïg .
Donc, si le thème vous inspire, n’hésitez pas à me laisser votre production en commentaire ou à rejoindre le groupe si le cœur vous en dit. Cela peut être sur une seule image, je me ferai un plaisir d’ajouter votre haïku aux miens. Alors, si vous n’avez pas de blog ou site, n’hésitez pas, il y a de la place pour tout le monde ici.
A vos crayons, prêts, partez !

11 réflexions au sujet de « Haïkus 27 : une atmosphère délétère… »

  1. Coucou Séverine… ah tant de choses nous menacent, le climat qui change, les catas naturelles et l’homme !

  2. Des haïkus réussi. Oui atmosphère délétère mais restons optimistes et gais et vivons l’instant présent intensément.

  3. Course au bonheur
    en passant complètement à côté
    que cherchons-nous ?

  4. Des haïkus que j’apprécie beaucoup…
    Nous vivons dans un monde inquiétant et menaçant…
    Bon vendredi Sévy
    Béa kimcat

  5. Bravo Séverine

    Promesses politiques
    Magouilles en tout genre
    ~ Monde pourri

    Bises et bon vendredi
    http://zazarambette.fr

  6. Bravo Séverine…perso j’ai fait un peu différement, selon mon ressenti…passe un bon vendredi…bisous

  7. Est délétère
    celui qui nuit la santé
    de ses collègues.

    Fumeur sans arrêt,
    Es-tu conscient du malheur
    Que tu sème partout.

    Le monde est fou
    D’élire des inconscients
    que le gouverne.

  8. que dire Séverine je susi perplexe devant les haïkus…..Bisous

  9. Délétère !

    Délétère
    Comme adultère,
    Deux situations non acceptées
    Qui grignotent la santé.
    Toi qui m’as enfumé
    Sans réussir à m’accoutumer,
    Pendant 7 années
    Ou tu m’as aliéné,
    Aujourd’hui, je te hais,
    Tout en restant muet.
    Dans ce bocal qu’était ton bureau,
    Autour du dôme, les arceaux
    Se décomposaient
    Et devant l’architecte, tu médisais,
    Refusant de voir les dégâts de ta cigarette
    Nullement indiscrète.
    Ta fumée glissait au dessus des cloisons,
    Et répandait son poison.
    Aujourd’hui mes poumons,
    Sont couverts de goémon,
    Et la nuit me réveillent,
    Alors que dort encore le soleil.
    Comment normalement respirer
    Sans pour autant transpirer,
    Lorsque l’asthme vous secoue
    Et vous réveille d’un seul coup.
    Toi qui m’as enfumé
    J’ai du mal à assumer,
    Ce que dans mon être tu as semé
    Et l’intérieur abimé.
    Saurais-tu reconnaitre,
    Comment tu as vécu en maître,
    Par des gestes anodins,
    Qui ne sont pas mondain.

  10. Bravo Séverine ! J’♥ beaucoup ! Bon week-end ! Amitiés♥

  11. Coucou Séverine, je suis ravie que tu aies pris mon montage pour t’inspirer, en fait c’est le but à chaque fois, de nous inspirer (même si je ne reprends pas forcément moi-même les images de l’annonce du thème). Et vraiment bravo pour tes haïkus, merci beaucoup. Gros bisous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *