Publié le

Avous de continuer au mois de juin 2017

Avous de continuer au mois de juin 2017

Avous de continuer au mois de juin 2017

Les yeux fermés, le menton enfoncé au dos d’une main, je perçois un bruit sourd. Intriguée, coudes à l’appui, je relève la tête.

Avous de continuer au mois de juin 2017

Je vous propose le début, à vous de poursuivre par une phrase ou plus, selon votre inspiration, selon votre temps, selon votre envie.

J’ai pris ce début dans L’amour en tout et pour tout de Ginette Voz.

Allez, à vos claviers ! Avous de continuer au mois de juin 2017, c’est parti !

Les yeux fermés, le menton enfoncé au dos d’une main, je perçois un bruit sourd. Intriguée, coudes à l’appui, je relève la tête.

Vos productions :

  • Quelque chose vient de tomber dans la pièce… Ce n’est que le chat, qui me réveille, sautant de son perchoir et mendiant sa sortie à coup de frottement dans mes jambes…
  • Qu’est-ce, qu’ois-je, je sens un courant d’air, un voleur se serait-il introduit dans la maison ?
  • Les yeux grands ouverts sur ma photo, mais ceux du cœur fermés, je revoie ma pauvre maman qui m’a quittée il y a juste un an, aujourd’hui.
  • Ses yeux fixent la glace qui se trouve sur le mur opposé. Regarde-t-elle sa longue chevelure qui s’étend à égalité de chaque coté de sa face ? Plutôt, elle rêve au beau jeune homme qu’elle a croisé en sortant de son travail et qui l’a sans doute remarquée.
  • Je sens une présence, il y a un bruit imperceptible, un frottement, c’est léger, mais je sens aussi une effluve de parfum, je reconnais cet odeur, je sais que c’est lui, il est revenu….
  • Qui ose perturber mes rêvasseries si agréables ? Qui ose me faire revenir dans la grisaille du quotidien alors que j’étais si bien dans cette île paradisiaque verdoyante et enchanteresse ? Ô rage, mon cher et tendre époux ! Il va falloir qu’il apprenne que l’heure de la sieste même si elle se passe en position assise, est sacrée. Gare à lui, je vais sévir.
  • Mais qui sonne à la porte ?
    Vêtu de sa parka rouge, jusqu’à son regard, mes yeux se sont posés.
    Ah tu es revenu ?
    Trop tard je préfère la solitude ………
  • Le rideau vole devant la fenêtre ouverte il est donc rentré. Encore une fois il a laissé tombé sa sacoche, dès la porte passée. La journée a dû être dure pour lui, alors que je me suis endormie écrasée de chaleur et le dîner n’est même pas prêt.
  • Que je suis bien ainsi à rêvasser à ma fenêtre… la sonnerie du téléphone me ramène à la réalité : Tu viens, nous partons, c’est l’heure … oups !!! Oui,oui j’arrive …

9 réflexions au sujet de « Avous de continuer au mois de juin 2017 »

  1. Quelque chose vient de tomber dans la pièce… Ce n’est que le chat, qui me réveille, sautant de son perchoir et mendiant sa sortie à coup de frottement dans mes jambes…

  2. Qu’est-ce, qu’ois-je, je sens un courant d’air, un voleur se serait-il introduit dans la maison ?

  3. Les yeux grands ouverts sur ma photo, mais ceux du cœur fermés, je revoie ma pauvre maman qui m’a quittée il y a juste un an, aujourd’hui.

  4. Ses yeux fixent la glace qui se trouve sur le mur opposé. Regarde-t-elle sa longue chevelure qui s’étend à égalité de chaque coté de sa face ? Plutôt, elle rêve au beau jeune homme qu’elle a croisé rn sortant de son travail et qui l’a sans doute remarquée.

  5. Je sens une présence, il y a un bruit imperceptible, un frottement, c’est léger, mais je sens aussi une effluve de parfum, je reconnais cet odeur, je sais que c’est lui, il est revenu….
    Dans ma tête tout s’affole, la peur quand elle vous étreint elle ne vous lâche plus….

  6. Qui ose perturber mes rêvasseries si agréables ? Qui ose me faire revenir dans la grisaille du quotidien alors que j’étais si bien dans cette île paradisiaque verdoyante et enchanteresse ? Ô rage, mon cher et tendre époux ! Il va falloir qu’il apprenne que l’heure de la sieste même si elle se passe en position assise, est sacrée. Gare à lui, je vais sévir

  7. Mais qui sonne à la porte ?
    Vêtu de sa parka rouge , jusqu’à son regard , mes yeux se sont posés
    Ah tu es revenu?
    Trop tard je préfère la solitude ………

  8. Le rideau vole devant la fenêtre ouverte il est donc rentrés. Encore une fois il a laissé tombé sa sacoche dès le porte passée. la journée à du être dur pour lu, alors que je me suis endormie écrasée de chaleur et le dîner n’est même pas prêt

    Bisoussss

  9. Que je suis bien ainsi à rêvasser à ma fenêtre… la sonnerie du téléphone me ramène à la réalité : Tu viens, nous partons, c’est l’heure … oups !!! Oui,oui j’arrive …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *