Publié le

Récré 62 : le retour de Félicien parmi les siens

Récré 62 : le retour de Félicien parmi les siens

Récré 62 : le retour de Félicien parmi les siens

Deux élèves en un en ce jour, maîtresse Jill, pourtant si deux prénoms, un seul enfant de concerné, un seul enfant qui a joué avec son prénom surement, mais qui revient aux sources.

Récré 62 : le retour de Félicien parmi les siens

Félix eut un hic

Dans sa vie trop chic.

Sur l’or il roulait,

Il avait tout ce qu’il voulait,

Sans jamais rien compter,

Aucune dette à surmonter.

Pourtant il prit conscience

De cette soudaine défaillance.

Au milieu de son existence,

Il manquait de la substance.

Changer de vie il se promit,

Et ce, sans aucun compromis,

Revenir à ses origines

Entre frangins et frangines,

Retrouver aussi ses parents

Délaissés depuis trop longtemps.

Simplement réapprendre à vivre,

Du superflus il se délivre,

Retourne s’installer parmi les siens

Et redevient Félicien.

 

La récré 62 du Chaton :

Félicien
Est un nom ancien,
D’origine latine
Et même byzantine.
On peut le rapprocher de Félix,
Dont le nombre est six.
Vous auriez dit : Félicie,
J’aurai répondu : aussi,
En pensant à Fernandel,
Dont les chansons sont des aquarelles.
Il y a aussi Félicien Taris
Installé à Paris.
Qui se souvient encore de lui
Qui n’était pas un abruti,
Mais une vedette de M 6
Dans les années deux mille six ?

Félicien
N’est pas encore académicien,
Mais un petit bonhomme,
Haut comme trois pommes,
Qui vient d’être inscrit à l’école,
Non pas une auto-école,
Mais un établissement primaire
Pour apprendre la grammaire.
Il serrait fort la main de sa maman,
Comme les enfants dans les romans ;
Il avait peur,
D’être dans la cour un agitateur,
Lui qui était nouveau,
Caché derrière les barreaux,
Ne voulait pas quitter sa mère,
Qui travaillait comme boulangère.

Félicien,

Qui n’était qu’un béotien,
A vu une dame venir à sa rencontre ;
Elle avait une belle montre.
Sans doute la directrice
Ou dans la cour une animatrice.
A maman quelques mots
Ont effacé tous mes maux.
Elle m’a donné la main,
Et, comme un petit gamin,
J’ai traversé la cour
Sans aucun détour.
J’avais le cœur serré,
Mais elle a accéléré,
Pour m’emmener en classe,
Je gardais la tête basse.

Félicien,
Un jour sera un ancien,
De l’école primaire,
Où il a appris la grammaire.
Dans la cour, il aura des copains
Et regardera un matin,
L’entrée au collège,
Un autre manège,
Qui fera de lui un nouveau,
Qui aimerait remplir son cerveau.
Quand il sera de nouveau ancien,
N’étant pas encore académicien,
Il faudra entrer au lycée,
Et de nouveau agacé,
De ne plus être ancien,
Moi, Félicien.

 

Écrit dans le cadre du melting pot de la cour de récréation de JB, allez voir les autres Félicien ! (après midi).

A la semaine prochaine pour un nouveau prénom, qui sera : Azora.

12 réflexions au sujet de « Récré 62 : le retour de Félicien parmi les siens »

  1. Bonjour élève Séverine, ah l’argent ne fait pas tout, Félix eut un gros coup de nostalgie !!! On suppose qu’il partagea sa fortune et vécu plus heureux au milieu des siens, Félicien sois le bienvenu à la cour de récré, MERCI à toi, bises de m’dame JB 😉

  2. Comme quoi le retour au bercail ça peut le faire aussi Félicien
    Bonne journée

  3. Félicien

    Félicien
    Est un nom ancien,
    D’origine latine
    Et même byzantine.
    On peut le rapprocher de Félix,
    Dont le nombre est six.
    Vous auriez dit : Félicie,
    J’aurai répondu : aussi,
    En pensant à Fernandel,
    Dont les chansons sont des aquarelles.
    Il y a aussi Félicien Taris
    Installé à Paris.
    Qui se souvient encore de lui
    Qui n’était pas un abruti,
    Mais une vedette de M 6
    Dans les années deux mille six ?

    Félicien
    N’est pas encore académicien,
    Mais un petit bonhomme,
    Haut comme trois pommes,
    Qui vient d’être inscrit à l’école,
    Non pas une auto-école,
    Mais un établissement primaire
    Pour apprendre la grammaire.
    Il serrait fort la main de sa maman,
    Comme les enfants dans les romans ;
    Il avait peur,
    D’être dans la cour un agitateur,
    Lui qui était nouveau,
    Caché derrière les barreaux,
    Ne voulait pas quitter sa mère,
    Qui travaillait comme boulangère.

    Félicien,
    Qui n’était qu’un béotien,
    A vu une dame venir à sa rencontre ;
    Elle avait une belle montre.
    Sans doute la directrice
    Ou dans la cour une animatrice.
    A maman quelques mots
    Ont effacé tous mes maux.
    Elle m’a donné la main,
    Et, comme un petit gamin,
    J’ai traversé la cour
    Sans aucun détour.
    J’avais le cœur serré,
    Mais elle a accéléré,
    Pour m’emmener en classe,
    Je gardais la tête basse.

    Félicien,
    Un jour sera un ancien,
    De l’école primaire,
    Où il a appris la grammaire.
    Dans la cour, il aura des copains
    Et regardera un matin,
    L’entrée au collège,
    Un autre manège,
    Qui fera de lui un nouveau,
    Qui aimerait remplir son cerveau.
    Quand il sera de nouveau ancien,
    N’étant pas encore académicien,
    Il faudra entrer au lycée,
    Et de nouveau agacé,
    De ne plus être ancien,
    Moi, Félicien.
    (6 janvier 2018)

  4. Nombre comme Félicien recherche bien souvent leurs racines … ou tout simplement un contact avec leur enfance … J’ai bien aimé ce premier texte .
    je te dis « A plus » Sevy, je prends un peu de recul sur mes pages et serais heureuse de te retrouver avec le même plaisir en février !!
    Bises de chez nous !
    Nicole

  5. Beau texte sur ce Félicien au nom ancien!

  6. Il est bon de retrouver les vraies valeurs , Félicien s’en est aperçu et c’est une chance pour lui et les siens .
    Bien vu
    Bonne fin de journée
    Bisous

  7. le plus connu est Félicien Marceau que je lisais en son temps… et Félix la réclame de croquette pour le chat !
    Bien vu tous des Félicien une grande famille !

  8. Ah ! On est toujours mieux parmi les siens, Félicien, Dieu que tu fais bien !!! Bravo Séverine ! Bonne soirée ! Amitiés♥

  9. Bravo pour ces Félicien
    Bises Sévy

  10. Felicien n’ est pas revenu pour rien. Il nous a offert un bon moment de lecture!

  11. Coucou Séverine, joli texte… eh oui, l’argent ne fait pas tout, et il y a un manque c’est certain lorsque l’on est loin des siens… la chaleur, l’amour… Bon retour à Félicien ! Belle journée. Bises

  12. oui oui sûr que l’argent ne fait pas tout mais il en fait pas mal!une belle prise de conscience sûrement pas évidente, bravo Félicien!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *