Publié le

Le cœur des cimes de Gérard de Négri

Le cœur des cimes

Le cœur des cimes

Résumé de Le cœur des cimes :

Suzette et son petit frère, Louis, coulent des jours heureux auprès de leurs parents. Ils aiment par-dessus tout monter au mas de Cadapuech, où Adeline et Augustin vivent depuis toujours. Quand le vieil homme leur promet une randonnée merveilleuse, Diégo, le meilleur ami de Louis, est bien sûr de la partie. Ces deux-là sont passionnés de nature et ne quitteraient pour rien au monde le pays.

Suzette, quant à elle, a hérité de sa mère le goût pour la musique. Reçue au Conservatoire de Paris, la jeune femme va enfin pouvoir faire éclore son talent, à force de travail et de volonté. Mais alors qu’elle est de retour pour quelques jours dans sa montagne natale, elle va assister à une effroyable scène entre le maire du village et sa maîtresse. Témoin involontaire d’un meurtre, Suzette doit garder le silence par crainte des représailles. Mais combien de temps encore pourra-t-elle taire ce terrible secret qui la ronge ?

 

Mon avis :

Lorsque je lis le résumé parmi tous ceux reçus en Service presse, je m’attends à un roman policier et m’y attèle sans attendre. C’est ainsi que je commence le roman avec une pointe de déception, l’intrigue tarde à venir.

Au fil de ma lecture, je me rends compte qu’il ne s’agit pas du tout d’un roman policier, mais simplement de la vie d’une famille dont un des membres assiste à un meurtre. Nous avons alors les conséquences de cet événement, et sur le moral de la jeune fille, et sur la poursuite de sa vie. L’assassin ayant le bras long, il lui mène la vie dure.

Nous assistons donc à la vie de cette famille, entre vie à la montagne et vie à la ville, qui connait des hauts et des bas et qui s’accroche malgré tout. Entre moments de joie et moments de déprimes, une famille toujours soudée qui se tient les coudes et où l’entraide est le maitre mot.Un livre qui pourrait bien faire réfléchir bon nombre de familles (ou d’individus) où l’individualisme prime.

Un petit bémol : sur le début du roman, l’attitude de l’enfant me faisait plus penser à un garçon de 6 ans que de 10 ans. Pas bien grave pour la suite, mais au cas où quelqu’un le lise, me dire s’il a les mêmes impressions. Après, à quelle époque sommes-nous ? Les enfants ont tellement changé.

Enfin, un roman qui a réussi à me faire pleurer tellement j’ai été prise par les sentiments de cette famille.

 

Une petite interrogation à l’éditeur : pourquoi un ^ sur le i de cimes ?

2 réflexions au sujet de « Le cœur des cimes de Gérard de Négri »

  1. Oh merci pour tes impressions
    Merci pour ta suggestion
    @+ Bonne journée Séverine

  2. Alors, un roman rempli de bons sentiments !!! Merci Séverine ! Amitiés♥

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *