Publié le

Défi 188 : quelques frayeurs sur la route

Défi 188 : quelques frayeurs sur la route

Défi 188 : quelques frayeurs sur la route

Défi 188 : écrire sur le thème : la peur, un défi proposé toutes les semaines par Evy.

Vous avez raté le début, alors cliquez ici

Défi 188 : quelques frayeurs sur la route

Ils nous les ont ramenés mais le voyage n’est pas terminé. A peine sorti du bus que fiston monte en voiture. La route n’est pas encore arrivée à son terme. Il nous faut encore rentrer.

Les paupières deviennent lourdes mais il n’est pas encore temps de s’assoupir. Sur le parcours illuminé par la pleine lune, des apparitions inquiétantes ne sont pas là pour me rassurer.

Des lapins qui n’ont pas peur et qui tentent de traverser devant les phares mais qui finalement se ravisent et prennent la clé des champs. Plus loin, une biche. La peur de l’accident me hante, on aura du pau (toujours pas de faute) si on arrive en entier. La source d’accident peut-être multiple : lapins, biches… ou tout autre animal nocturne, sans compter sur mon fidèle destrier qui conduit trop vite à mon goût. Pourtant la voiture est vierge de tout accroc, mon homme aussi (je parle des accrocs bien sûr !). Cette route me gave et j’ai vraiment hâte d’être dans mon chez moi, mon sanctuaire sacré où je pourrai enfin me reposer sans peur des apparitions nocturnes qui surgissent devant le véhicule.

Dans l’habitacle, le silence règne. La fatigue pèse sur toutes les épaules et c’est avec soulagement que nous atteignons la maison. Après treize heures de route, notre touriste peut enfin trouver le repos et nous aussi par la même occasion. Une nuit qui sera courte, une longue journée suivra. Mais le bonheur de notre fils après son voyage vaut tout l’or du monde et nous fait oublier cette fatigue qui s’effacera vite.

Mais au fait, je ne vous ai pas dit d’où il venait ? Avez-vous deviné ? Je vous ai déposé un tas d’indices sur la route…

A suivre

10 réflexions au sujet de « Défi 188 : quelques frayeurs sur la route »

  1. De Pau à 46 km de Lourdes, je pense…

  2. Comme tu as laissé des indices sur ton récit
    Je pense comme JB
    Parfois les km sont harassants
    Bonne journée

  3. Je sais d’où il venait mais je suis hors-jeu…..je suis la mamie !!!! mais je peux dire que ce grand gaminou était très heureux de son voyage !!!!

  4. J’aurai dit comme Jill mais rien n’est moins sûr….Bisousssss

  5. De Pau ?
    Quand on est en voiture, on a toujours hâte d’arriver à la maison (ou sur son lieu de vacances)
    Bises Sévy

  6. Hâte d’arriver moi aussi hihi un jour en partant de chez mon fils en Bretagne pour rentré dans le var on c’est retrouver au mont st-Michel lol la galère belle participation hâte de lire la suite c’est en ligne bonne fin de journée bisous

  7. Peur de l’enfant qui a fait une bêtise
    Qui a dans la tête la hantise
    De recevoir de son père une fessée,
    Pantalon baissé.
    Il se replie auprès de sa mère
    Lui expliquant ses misères,
    Doucement il sanglote,
    Craignant une première calotte,
    Que la mère ne donnera pas
    Du fait du mea-culpa.
    A son mari, elle ne dira rien
    Expliquant à son enfant la valeur du bien.

  8. Il est question du gave , de Lourdes et de Pau si je ne m’abuse . Les voyages en voiture la nuit sont de plus en plus fatigants et c’est un fait que la rencontre avec le gibier n’est pas des plus rassurantes surtout que chez nous les sangliers la franchissent allègrement cette route sans se soucier le moins du monde des véhicules .
    Bonne soirée
    Bisous

  9. Certainement de Pau, que tu nommes originalement dans ton texte, Séverine ! Bonne fin de soirée ! Amitiés♥

  10. Bonjour C’est prés du Gave, belle région.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *