Publié le

Je n’ai pas d’attirance pour toi de Marie Meyel

Je n'ai pas d'attirance pour toi de Marie Meyel

Je n’ai pas d’attirance pour toi de Marie Meyel
Livre ou e-book sur Amazon
Livre sur Fnac

Résumé de Je n’ai pas d’attirance pour toi :

Claire a eu un coup de cœur pour Pierre et a osé lui écrire. A quoi s’attendait-elle en envoyant ce message ? Certainement pas à ce silence qui lui a paru interminable, suivi de cette réponse qui lui a fait l’effet d’une douche glacée : Je n’ai pas d’attirance pour toi.


Claire ne se reconnaît plus, elle n’a rien d’une midinette. Elle est mariée à Olivier, mère de trois enfants et vivait jusque-là une vie paisible. Pierre, divorcé, professeur des écoles et directeur de l’école de Valforey dans la Drôme, est le professeur des filles jumelles de Claire.


Comment Claire va-t-elle désormais pouvoir côtoyer Pierre, elle qui a l’habitude d’accompagner la classe de ses filles lors des sorties scolaires ?
Au fil de l’histoire écrite à la première personne, les voix de Claire, de Pierre et celles des personnages qui entrent en scène tour à tour dessinent un émouvant portrait de femme et un non moins bouleversant portrait d’homme.
Un récit si réel que vous pourriez bien vous y reconnaître ! La vie…

Mon avis :

Lorsque j’ai voulu découvrir un des romans de cette auteure, j’ai beaucoup hésité à choisir ce roman. Pourquoi ? Parce qu’il met en scène un enseignant, et j’avais trop peur des clichés et des préjugés qui ne tournent que trop. Et puis, finalement, je me suis décidée, et j’ai bien fait.

Chaque chapitre de ce roman est dédié à un personnage qui prend la parole. Ainsi, on avance dans l’histoire (parfois avec un petit retour en arrière) en suivant le point de vue de chaque personnage quant à ce qui se déroule. J’aime assez voir le même événement vu par des personnes différentes.

Tout au long de cette lecture, on fait donc connaissance, essentiellement d’un enseignant et d’une mère d’élève qui se sent attirée par lui. Et le pire, c’est qu’elle ose lui dire, enfin lui écrire. De là, on part dans un ballet incessant de sentiments contradictoires, peu faciles à comprendre par les personnages, par le lecteur même. Il m’est arrivé de me dire qu’un personnage ou l’autre était complètement timbré ! Jusqu’à en rire et ça fait du bien en ce moment.

Je m’en doutais ?

Dès le départ, je me suis dit que cela ne pouvait être autrement (mais je ne vous direz pas quoi ! Il va falloir le lire pour le découvrir). Mais l’auteure sait à travers son récit nous mettre le doute. Elle nous balade jusqu’à finir par me faire croire que j’ai tord, et que non ça ne serait pas comme je le pensais. Et si pourtant… ou pas. Non mais croyez pas que je vais tout vous dévoiler.

J’ai vraiment passer un bon moment de lecture. Entre doutes, amusement face aux diverses réactions de certains personnages, avancées et retour en arrière (Je t’aime, moi non plus). C’est un roman qui se lit sans problème, fluide et agréable. Pas de prise de tête à part celui de la vie qui est loin d’être un long fleuve tranquille.

J’ai juste détestée l’auteure pour son épilogue. Mais qu’elle ne s’inquiète pas, il y a d’autres auteurs que j’ai envie de… Et que je lis encore 😀 comme Luca Tahtieazym qui fait mourir trop souvent à mon goût, les chiens !

En résumé, puisque j’ai été un peu longue, n’hésitez pas à vous procurer ce roman, vous ne le regretterez pas.

Publié le

Récré 97 : Castor a mal au dos pour bricoler

Récré 97 : Castor a mal au dos pour bricoler

Récré 97 : Castor a mal au dos pour bricoler
Retrouverez-vous ce dont je parle, au-delà du prénom ou de l’animal Castor ? De gros indices sur la route, facile non ? En faisant des recherches, j’ai d’ailleurs découvert que Castor en était l’origine. Comme quoi, même en écrivant, on en apprend tous les jours. Allez, je vous laisse découvrir et surement trouver ce qui se cache derrière….

Récré 97 : Castor a mal au dos pour bricoler

Castor a mal au dos
Il ne peux avancer ses travaux
Pourtant, chez Castor y a tout ce qu’il faut
Même les matériaux !

Castor au centre des débats
Se sent vraiment au plus bas
Il veut se redresser à tout prix
Chez Castor le mal à pris.

Castor a mal dormi
Pensant à tous ses ennuis
Ses travaux non finis
Aïe, que de soucis.

Castor au centre de chez lui
Réalise que s’est enfuit
Le mal qui le rongeait
Le voilà bien soulagé.

Castor a maçonné
La digue qu’il avait entamée
Le bricoleur s’est reposé
Que lorsque tout était terminé.

Castor au centre du barrage
A retrouvé tout son courage
Un vrai bricoleur ne renonce pas
Surtout devant ce panorama.

Vous avez trouvé ? Je vous laisse découvrir la réponse en musique !

Je n’ai pas d’action dans ce magasin, c’est juste ce qui m’est venue en tête dès que j’ai commencé à réfléchir à Castor. Et je ne suis pas bricoleuse non plus, loin de là. par contre, il m’est arrivé d’arpenter (pour mon grand malheur) les allées de cette grande surface de bricolage.

Écrit dans le cadre du melting pot de la cour de récréation de JB, allez voir les autres Castor ! (après midi).

A la semaine prochaine pour un nouveau prénom, qui sera : Ornella, que va-t-elle nous inventer celle-là ?

Une envie de visiter la récré ?

Publié le

Haïkus 127 : retour sur terre, avec une baguette

Haïkus 127 : retour sur terre, avec une baguette

Haïkus 127 : retour sur terre, avec une baguette
Après un petit séjour dans l’espace au milieu des étoiles, à cheval sur des planètes, nous voici de retour sur la planète terre. Ce n’est pas pour me déplaire. Oui, mais n’oublions pas notre baguette de pain avant de renter. Une fois confinés, ce n’est plus aussi aisé. Oh, je ne me plains pas, j’ai une boite à pain sur la place en face de chez moi, et une boulangère qui livre à domicile quand on lui demande (bien sûr, on ne la fait pas déplacer que pour une baguette, mais je préfère ne pas avouer le reste). Le grand luxe, non ?!

Haïkus 127 : retour sur terre, avec une baguette

Baguette de pain
sur place à portée de main
Côté très pratique.

Une boite à pain
boulangère peu causante
plus aucun contact.

Baguette craquante
Fait la fière sur la table
Mais pas pour longtemps.

Boulangerie close
un boulanger à la maison
presque diplômé.

Pain rassi ou dur
Pas perdu pour tout le monde
recyclé très vite.

Chez le boulanger
Nombreuses sortes de pain
A chacun ses goûts.

J’aime bien le pain
sans jamais en abuser
pas indispensable.

Jamais sans mon pain
C’est loin d’être mon crédo
Je vis sans la mie
(sans la croute aussi 😀 )

Chez ABC

Plateau de fromages
régal à la française
jamais sans pain


Vous avez raté les derniers haïkus, n’hésitez pas à vous rendre dans la rubrique des haïkus.

Le thème est donné sur le blog de Lénaïg . Donc, si le thème vous inspire, n’hésitez pas à me laisser votre production en commentaire ou à rejoindre le groupe si le cœur vous en dit. Cela peut être sur une seule image, je me ferai un plaisir d’ajouter votre haïku aux miens. Alors, si vous n’avez pas de blog ou site, n’hésitez pas, il y a de la place pour tout le monde ici. A vos crayons, prêts, partez.

Publié le

C’est l’instant où je t’ai aimé de Isabel Komorebi

C'est l'instant où je t'ai aimé

C’est l’instant où je t’ai aimé
E-book gratuit sur Amazon

Résumé de C’est l’instant où je t’ai aimé :

Nous sommes le samedi 22 février. Il fait encore froid, l’hiver s’accroche au monde, repousse l’arrivée du printemps. Les parisiens en ont pourtant assez du givre qui s’étire, des bouts de nez gelés, des épaisses doudounes qu’il faut porter.
Il y a pourtant ici quelqu’un heureux de l’aube qui pointe. Au dernier étage d’un immeuble haussmannien, un jeune homme se jette hors de son lit. Il est réveillé depuis longtemps, est l’inverse d’une marmotte, trop actif, trop dynamique, trop d’envies pour la journée à venir.
Il pousse la musique à fond, se balance au son du rythme.
Douceur du matin. Beauté de la journée. Promesse de la vie.
Pour Morgan, aujourd’hui, tout devient possible.

Mon avis

C’est l’instant où je t’ai aimé : Une nouvelle romantique. Je préfèrerais parler d’histoire courte. Pour moi, une nouvelle doit avoir une fin qui m’étonne. Cela n’a pas été le cas. Mais cette remarque n’enlève rien à la qualité de la petite histoire que je vous présente.

Une histoire dont on se doute très vite la fin. Une histoire qui n’a rien d’extraordinaire en tant que telle. Mais une histoire qui est très jolie. Le plus de ce que vous allez lire (au-delà du fait que ce soit gratuit), c’est toute la poésie qui ressort de cet écrit.

C’est l’histoire de deux êtres qui se cherchent, tout en finesse, tout en poésie. Avec de beaux mots, de belles pensées, sans complication aucune. Tout n’est que respect et beauté. Et s’il y a quelques blessures du passé qui ressurgissent, elles sont vite séchées par les rayons du soleil qui veille sur ces deux êtres.

Une histoire dont je ne peux vous dire plus pour ne pas spoiler. Elle est courte et donc difficile de s’y aventurer sans tout vous raconter. Je vous conseille de lire cette petite merveille, gratuite en plus. Vous verrez la nature s’éveiller sous vos yeux.

D’autres romances ?

Publié le

Récré 96 : Yolène et sa collection de chouettes.

Récré 96

Récré 96 : Yolène et sa collection de chouettes.
Ce prénom a un écho un peu spécial pour moi, car pour une fois, dans ces listes de prénoms, j’en connais une ! Eh oui, Yolène, j’espère que tu es prête à lire tout ce qui va se dire sur toi aujourd’hui ! Je me prends au jeu, et vais partir sur un sujet qui te tient à cœur. Allez, c’est parti pour un nouvel écrit que tu trouveras très chouette, enfin j’espère ! (ainsi que tous mes lecteurs !)

Continuer la lecture de Récré 96 : Yolène et sa collection de chouettes.
Publié le

Haïkus 126 : en voyage dans l’espace, la lune et les étoiles

Haïkus 126

Haïkus 126 : en voyage dans l’espace, la lune et les étoiles
Aller savoir si on serait moins sujets aux virus là-haut dans l’espace ? Ils doivent être bien confinés les astronautes dans leurs stations. Et peut-être rigolent-ils de nous entendre râler de ne pouvoir sortir prendre l’air ou ne pas pouvoir voir du monde. C’est une peu leur quotidien à eux. En tout cas, je préfère pour eux que pour moi. Je reste mes deux pieds sur le sol !
Et vous ? Une envie de grands espaces au milieu des étoiles ?

Continuer la lecture de Haïkus 126 : en voyage dans l’espace, la lune et les étoiles
Publié le

Le noyé de la plage de Patrick Délouvée

Le noyé de la plage

Le noyé de la plage : Une enquête de Grégory Deval
Livre ou e-book sur Amazon

Résumé : Le noyé de la plage

Une voiture quitte la route et tombe en contrebas après quelques tonneaux. Un banal accident de la circulation ?… Sauf que :
Le conducteur n’a pas de papiers sur lui…
Des mains mystérieuses le sortent de la voiture avant qu’elle ne brûle…
Personne ne signale sa disparition…
Alors, qui est-il et que s’est-il passé ?
Et s’il y avait un rapport avec le noyé retrouvé sur la plage, quelques années plus tôt ?
Grégory Deval, le capitaine chargé de l’enquête, a du pain sur la planche.
Il doit aussi se reconstruire après un drame personnel.
Pourra-t-il tout mener de front ? Saura-t-il démêler le vrai du faux ?
Bien des surprises l’attendent, au fil des rebondissements.
Un polar de Patrick Delouvée, dont le suspense vous entraînera jusqu’à un dénouement surprenant.

Mon avis :

Après avoir lu et apprécié Sang complication de Patrick Délouvée, ce dernier m’a proposé de lire son petit dernier dès sa sortie. Comme à mon habitude, surtout s’il s’agit de romans policiers, j’accepte avec plaisir. Et comme à l’accoutumé, je ne lis pas le résumé. Me voilà partie dans ma lecture.

Le roman nous met tout de suite dans le bain, pas de la noyade, mais d’un accident de voiture un peu louche. On ne sait pas trop bien ce qui s’y passe. On lit au milieu de l’orage qui se déchaine. La visibilité est mauvaise.

La brigade de Grégory Deval est appelé sur son dossier car l’accident est suspect. D’un banal accident de voiture, le capitaine est obligé de soulevé de vieux démons. une ancienne histoire. On n’est pas au bout de nos surprises.

Le suspense est gardé jusqu’au bout, même si j’ai réussi à en comprendre une partie assez vite. L’auteur a réussi à me mettre le doute un moment. Mais au final, j’étais dans le bon. Quant au pourquoi du comment ? Il m’a fallu lire jusqu’au bout pour le découvrir.

Entre sombre histoire de famille, finances, chantage et magouilles, cette enquête ne nous laisse pas le temps de souffler. Ni de s’ennuyer. Le rythme est soutenu, juste entrecoupé par quelques scènes intimes qui ne nous laissent pas de marbre.

Une belle enquête sans trop de violence qui change un peu de ce que je peux lire en ce moment. A lire si vous aimez les enquêtes et si vous voulez vous creuser un peu le cerveau pour dénouer l’histoire. Ou pas. Vous pouvez également vous laisser porter par l’histoire.

Publié le

Récré 95 : Jarno le jars s’envole à tire d’aile

Récré 95

Récré 95 : Jarno le jars s’envole à tire d’aile
Difficile de trouver l’inspiration pour ce prénom, jusqu’à ce que je pense à cet animal que nous croisons tous les jours. Une belle bête qui nous charge à chaque passage. Est-ce devenu un jeu pour lui ? On se le demande. Ou est-ce sa façon de protéger sa femelle ? En tous cas, lorsque mon grand est entré dans le jardin pour tenter de dégager la femelle prise dans un piège, il a dû apprendre à courir vite !

Photo prise par mon fils

Continuer la lecture de Récré 95 : Jarno le jars s’envole à tire d’aile
Publié le

Haïkus 125 : moi, je vois la vie en bleu

Haïkus 125

Haïkus 125, j’ai décidé de voir la vie en bleu. Je vois très bien le jeu dont parle Lénaïg sur les réseaux sociaux, tout en image. Je n’y ai pas participé sur mon mur, mais en commentaire chez les autres.

J’ai choisi le bleu car c’est une couleur assez présente autour de moi, dans mon bureau, à l’école, ma coque de téléphone, et ce beau ciel qu’on voit parfois, souvent même ces derniers jours. Ce ciel que j’aime voir ainsi l’été, juste troué par l’astre jaune qui nous réchauffe.

Une envie d’été commence à poindre alors que la nature se réveille et nous offre mille couleurs avec la sortie des fleurs. Donc, dans tout cet éventail de couleur, je vous laisse découvrir mes haïkus en bleu.

Haïkus 125 : moi, je vois la vie en bleu

Le ciel dans tes yeux
M’entraine vers d’autres cieux
Des jours sans nuage.

Prête à travailler
Entre mur et canapé
Confinée en bleu

Plume qui s’envole
De la coque du portable
Mots non retenus

Comme un ciel d’été
Appelle à flâner dehors
Bleu en liberté

La mer de mes rêves
Eau claire de carte postale
Griller sur la plage

Stylo de l’élève
Oublié quelques semaines
confiné aussi

Vous avez raté les derniers haïkus, n’hésitez pas à vous rendre dans la rubrique des haïkus. Des thèmes variés vous y attendent. A vous de faire votre choix.

Le thème est donné sur le blog de Lénaïg . Donc, si le thème vous inspire, n’hésitez pas à me laisser votre production en commentaire ou à rejoindre le groupe si le cœur vous en dit. Je me ferai un plaisir d’ajouter votre haïku aux miens. Alors, si vous n’avez pas de blog ou site, n’hésitez pas, il y a de la place pour tout le monde ici. A vos crayons, prêts, partez

Publié le

Beautiful love, comédie romantique de Maddie D

Beautiful love

Beautiful love
Livre ou e-book

Résumé de Beautiful love :

Jayla, 24 ans, suit des études pour devenir psychologue. Jusque-là protégée au sein de son cocon familial, elle rêve de prendre son indépendance. Grâce à Hank, le patron du bar dans lequel elle travaille depuis deux ans, elle emménage dans un petit appartement cosy. Désormais, elle compte bien profiter de sa nouvelle liberté. Mais c’était sans compter un voisin de palier. Désagréable, hautain, irrespectueux, il semble avoir tous les défauts possibles.

Tom n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler un « type sociable ». Profondément replié sur lui-même, il mène sa vie comme bon lui semble et de toute façon, il est déjà trop occupé à tenter par tous les moyens d’échapper à ses démons qui le hantent dans ses rêves. Alors devoir gérer une voisine chiante, très peu pour lui.

Elle le déteste immédiatement, il la regarde à peine. Mais le simple – et tragique – accident d’un plat de spaghettis aux boulettes de bœuf pourrait faire changer la donne.
Lorsque deux cœurs entrent en collision, que peut-il en ressortir ?

Mon avis :

Un livre simple qui a le mérite de faire passer un bon moment. Le début est un peu lent, mais une fois entrée dans le vif du sujet… L’histoire devient attachante. Pas forcément les personnages en eux-mêmes. Mais il est venu un moment où il me fallait avancer pour en connaitre la fin.

Si je ne me suis pas forcément attachée aux personnages, je peux dire qu’ils m’ont bien fait rire. Même dans leur malheur, ils restaient drôle. Alors bien sûr, j’aurais aimé en savoir plus sur la façon qu’a le voisin de se libérer de ses démons. Mais je crois que ce n’était pas l’objectif du livre.

Quant à la voisine qui veut devenir psy… Une histoire qui se veut dans la dérision… enfin j’espère, parce qu’autrement, elle a encore du chemin à parcourir.

La fin est assez courue d’avance, mais je me suis amusée à lire les pas en avant suivis de pas en arrière. Un coup je t’aime, un coup je te déteste. La route est longue et parsemée d’embuches qu’il faut franchir une à une.

A lire sans prise de tête et sans chercher la profondeur et le sérieux du côté psychologique.

D’autres romances ?