Publié le

Haïkus 132 : un cadeau fait toujours plaisir

Haïkus 132 : un cadeau fait toujours plaisir

Haïkus 132 : un cadeau fait toujours plaisir
Offrir un cadeau, c’est toujours un bonheur alors qu’on voit les étincelles dans celui qui le reçoit. En recevoir, cela fait toujours plaisir, quel qu’il soit. Pas besoin d’y mettre un prix fou. Du fait main, c’est bien aussi. Un dessin, un petit mot, un bisou ou une parole gentille. Un rien fait beaucoup, vous ne croyez pas ?!

Haïkus 132 : un cadeau fait toujours plaisir

Un cadeau offert
des étincelles qui brillent
de grands yeux ouverts.

Offrir de bon cœur
admirer sur le visage
sourire rayonnant

Un cadeau de rêve
celui fait avec le cœur
la grande richesse

Joie de recevoir
petit paquet ou dessin
cadeau fait maison.

Le plus beau cadeau
l’amour reçu chaque jour
pas besoin de plus.

Un bouquet de fleurs
cueilli seulement pour moi
rayon de soleil.

La fête des mères
pas besoin de commercial
un bisou c’est tout !

Et de la part de nos animaux ?

Miaulement de chatte
sage en bas de l’escalier
souris en cadeau.
(beurk, mais je la félicite tout de même !)

Un chien qui m’attend
Après une longue absence
Cadeau déposé.
(pas beaucoup plus sympa, et je ne le félicite pas ! Et pour une fois, ça ne me fait pas plaisir !)

Vous avez raté les derniers haïkus, n’hésitez pas à vous rendre dans la rubrique des haïkus.

Le thème est donné sur le blog de Lénaïg . Donc, si le thème vous inspire, n’hésitez pas à me laisser votre production en commentaire ou à rejoindre le groupe si le cœur vous en dit. Cela peut être sur une seule image, je me ferai un plaisir d’ajouter votre haïku aux miens. Alors, si vous n’avez pas de blog ou site, n’hésitez pas, il y a de la place pour tout le monde ici. A vos crayons, prêts, partez.

Publié le

Charlie et le magicien invisible de Jérôme Vialleton

Charlie et le magicien invisible

Charlie et le magicien invisible
Livre ou e-book sur Amazon

Résumé de Charlie et le magicien invisible :

Charlie est un petit garçon discret et rondouillard qui aime inventer des histoires pour fuir la solitude et la grisaille parisienne.Un jour, un magicien invisible apparaît dans sa chambre, et lui apprend qu’il est un élu. Le détenteur du Grand Pouvoir de l’Imagination qui va faire de lui un génie créatif comme d’autres avant lui.Grâce à sa sagesse et à son extraordinaire chapeau, le magicien va guider Charlie sur le chemin de la création et le protéger des dérives de la nature humaine.Mais un défi encore plus grand attend Charlie. Une incroyable aventure sous la forme d’une rousse impertinente et d’un homme d’affaires aux motivations douteuses. L’imagination de Charlie sera-t-elle à la hauteur ?

“Charlie et le magicien invisible” est un roman d’aventure à destination des enfants de 8/12 ans qui vous embarquera dans un monde de rêves, d’humour et d’aventure.

Mon avis :

Cela faisait un moment que je n’avais pas lu de roman jeunesse. Je dois dire que c’est avec plaisir que je me suis plongée dans celui-là. Il pourrait, à mon avis, convenir à des enfants à partir de 6 ans mais il est un peu long pour eux. A moins de leur lire en plusieurs fois de façon rapprochée. A voir. Peut-être essaierai-je un jour en classe.

Je suis donc entrée très rapidement dans l’univers de Charlie. Un petit garçon qui s’est créé son monde à lui afin de résister au monde extérieur qui ne lui convient pas toujours. Une sœur ado qui préfère son téléphone, ses parents trop occupés par leur travail et peu, même pas de copains à l’école.

C’est alors qu’il se découvre réellement différent. Il va être embarqué dans une histoire assez compliquée, mais qui va lui permettre de s’affirmer. J’ai aimé le voir évoluer, avec ses doutes et ses avancées, ses peurs et son courage, ses échecs et ses réussites.

Un petit roman qui peut aider des enfants qui sont en manque de confiance en eux. Leur montrer qu’on peut y arriver en acceptant de l’aide. Même si l’aide est virtuelle ou fantastique dans le roman. Le côté aventure plaira beaucoup aux enfants j’en suis sûre. Et aux adultes qui aiment encore lire des histoires d’enfants.

Une fin assez ouverte qui présage une suite…. Ah mais en cherchant, je m’aperçois qu’elle existe déjà ! Charlie et le collier dérobé. Celle que j’attends ? Je ne sais pas. Affaire à suivre donc !

D’autres romans jeunesse ?

Publié le

Récré 101 : zorba n’a pas la tête en bas

Récré 101 : zorba n'a pas la tête en bas

Récré 101 : zorba n’a pas la tête en bas
Voici un petit garçon qui n’a pas peur des moqueries et qui s’accepte tel qu’il est. Le pauvre, j’en avais fait une fille, il m’a fallu revoir ma copie. J’en suis sûre qu’il ne m’en veut pas. Oh non, bien trop fonceur pour ça. Alors que les autres se le tiennent pour dit. Inutile de se moquer de lui. Il vous rira bien au nez. Partira sans se retourner. Se bouchera peut-être même les oreilles. Vous ignorera, ça c’est fait !
Et je dois dire qu’il a bien raison, non ?

Récré 101 : zorba n’a pas la tête en bas

Zorba zozote depuis des années
Surement depuis qu’il est né
Donc lorsqu’il sort en bas
Zorba zort en bas
Cela ne le gène pas
Ne le met pas au plus bas
Non, il s’en moque Zorba.

Zorba vit avec son défaut
Même si son parler est faux
Il préfère dire qu’il n’est pas très juste
Comme un meuble un peu vétuste
Mais qui donc est parfait ici-bas ?
Qu’il lève donc le bras
Oui, il s’en moque Zorba

Zorba a la tête sur les épaules
Même quand il rigole, le grand Paul
Il lui tire une langue bien longue
Secouant ses bouclettes blondes
Qui dansent la Samba
Mettant ainsi fin au débat.
Oui, il s’en moque Zorba

Zorba sera toujours lA
Osera même défier un baobaB
Rien ne pourra l’arrêteR
Bon sang, pas même un zigotO
Ah non, jamais vous ne le freinereZ.

Qu’en pensez-vous maîtresse Jill ? Un enfant bien dans sa peau, non ? A surveiller quand même, des fois que ce ne soit qu’une apparence trompeuse…

Écrit dans le cadre du melting pot de la cour de récréation de JB, allez voir les autres Zorba ! (après midi).

A la semaine prochaine pour un nouveau prénom, qui sera : Inès, que l’inspiration soit en nous !

Une envie de visiter la récré ?

Publié le

Haïkus 131 : vous prendrez bien une tasse de café ?

Haïkus 131 : vous prendrez bien une tasse de café ?

Haïkus 131 : vous prendrez bien une tasse de café ?
Un bon café ? C’est bien français, non ? Je ne connais pas d’autres pays où on en boit autant. Bon après, je n’ai pas visité des centaines de pays non plus. A toute heure pour certain, cet or noir ne peut être en rupture de stock. Pour moi ? Je vais essayer de tout vous dire.

Haïkus 131 : vous prendrez bien une tasse de café ?

Petit-déjeuner
un bon grand bol de café ?
non, un thé au lait.

Café du matin
c’est la boisson de mon homme
besoin de sa dose.

Café du midi
la petite pause à deux
un déca pour moi.

Café en journée
un puissant anti-dodo
nuit blanche assurée.

Vapeur de café
réveille les endormis
emporte les rêves.

Un grain de café
Souvenir de mon enfance
séchage au soleil.

Sur le caféier
Les grains se dorent au soleil
je les admirais.

Je vous laisse devant votre café, mon déca est déjà bu depuis un moment. Et si vous lisiez un bon livre en buvant votre café ? Je vous laisse donc en paix et vous retrouve la semaine prochaine pour une nouvelle série de haïkus. Bon week-end prolongé sous le soleil sui sent bon l’été. Vous cuisez ?

Vous avez raté les derniers haïkus, n’hésitez pas à vous rendre dans la rubrique des haïkus.

Le thème est donné sur le blog de Lénaïg . Donc, si le thème vous inspire, n’hésitez pas à me laisser votre production en commentaire ou à rejoindre le groupe si le cœur vous en dit. Cela peut être sur une seule image, je me ferai un plaisir d’ajouter votre haïku aux miens. Alors, si vous n’avez pas de blog ou site, n’hésitez pas, il y a de la place pour tout le monde ici. A vos crayons, prêts, partez.

Publié le

Une baffe et ça repart, la violence familiale

Une baffe et ça repart

Une baffe et ça repart, un roman qui traite d’un sujet malheureusement trop d’actualité, surtout pendant la période de confinement due à la pandémie du covid 19. Le choix du thème n’a rien à voir avec cette maladie, j’ai écrit ce roman, bien des mois plus tôt. Inutile donc d’y chercher tout lien. Un thème difficile, qui laisse des traces sur tous les protagonistes, quels qu’ils soient, victime, bourreau ou sauveur.

Le résumé

Une famille, une mère au foyer, un père routier, une enfant de six ans… Une famille comme tant d’autres, heureuse, mais dans la routine du quotidien, jusqu’à ce qu’une invitée inattendue s’immisce petit à petit dans leur vie.

La violence, d’abord discrète, prend progressivement une place importante dans cette famille jusqu’au jour où un drame fait basculer l’existence de chacun.

La victime saura-t-elle relever la tête et oser avouer ce qui, pour elle, est une honte, un aspect de sa vie qu’elle ne peut dévoiler ?

Une baffe et ça repart : des extraits.

Trois personnages à découvrir à travers de ces quelques extraits :

La fille, la petite Chloé, qui prend une grande place sur la couverture du roman.
L’invitée, qui vient mettre le chaos dans cette famille. Sournoise, elle s’incruste petit à petit.
La maman qui aime se retrouver seule avec sa fille. Pourquoi ?

Vous souhaitez en lire un peu plus, découvrir également, le papa ?
Cliquez sur le lien ci-dessous, puis sur feuilleter qui apparait juste au-dessus de la couverture.
LIRE LE DÉBUT DE L’HISTOIRE

Où se le procurer ?

Vous êtes conquis par ce début de roman ? Vous voulez le lire ? Plusieurs options s’offrent à vous.

– Se le procurer sur Amazon au format numérique et papier (dès qu’Amazon l’aura mis en ligne).

JE VEUX LA VERSION NUMÉRIQUE OU PAPIER SUR AMAZON

– Se le procurer au format papier en vous rendant à ma boutique.

Avec les problèmes sanitaires, je n’ai pas encore fait la commande à l’imprimeur. Si vous le souhaitez, envoyé par mes soins avec une dédicace, je vous propose de me le mettre en commentaire. Si j’ai assez de demandes, je lance une baffe la commande à l’imprimeur.

Après votre lecture, n’hésitez pas à retourner sur Amazon et sur mon site (dès qu’il sera sur la boutique) pour me laisser un commentaire. Les commentaires sont importants pour donner une idée aux futurs lecteurs. Sur Amazon, ils m’aident également à être plus visible. C’est ensemble qu’on aidera ce livre à se démarquer. Il participe au concours des Plumes francophones d’Amazon Tous vos retours me seront donc précieux

Bonne lecture à tous

Publié le

Mademoiselle Exquise, prélude de Julie Huleux

Mademoiselle Exquise

Mademoiselle Exquise
E-book gratuit sur Amazon
E-book gratuit sur Fnac

Résumé de Mademoiselle Exquise :

L’amour, c’est assez surfait. J’aime déjà ma vie telle que je l’ai construite. Indépendante et financièrement bien portante, je peux me vanter de n’avoir besoin de rien. Ça n’est pas donné à tout le monde par les temps qui courent.

Il faut dire que j’ai un métier un peu spécial… Je me destinais à une carrière de comédienne, mais j’ai renoncé aux castings infructueux pour un rôle à plein-temps très particulier.

Seulement voilà : ce rôle-là va déraper malgré moi, pour me mener en salle d’interrogatoire devant le plus bel inspecteur aux yeux bleus de la Police française.

Diantre !

Une nouvelle mêlant suspense et glamour

Prélude du roman « Agent Exquise »

Mon avis :

Voici un petit prélude à une série non encore découverte. Ce tome 0 met en place le personnage principal à la série Agent Exquise.

Je ne peux dire si le caractère bien trempé de Daphné av avoir un impact dans la suite, mais je peux vous dire qu’elle est spéciale. Dès qu’on commence à la découvrir, on n’a qu’une envie, savoir ce qu’elle va devenir.

Elle a un travail un peu spécial, qui n’est pas vraiment détaillé, je dirai plutôt suggéré par l’auteure. Tous les lecteurs comprendront, mais pas de risque de choquer les âmes sensibles. Sagement, délicatement, l’auteure nous plonge dans son univers pas très catholique, il faut le dire.

Tout est écrit en douceur, et pourtant cette brave Daphné va se retrouver prise dans une histoire qui ne devrait pas être la sienne. Une surprise est même au rendez-vous dans les dernières lignes.

J’ai apprécié cette petite lecture qui va surement me donner l’envie de me laisser tenter par la suite des aventures de mademoiselle Exquise. Allez savoir…

Toujours est-il que vous ne prenez pas de risque, puisqu’il est gratuit. Au cas où vous ayez suivi mes conseils de lecture, vous avez peut-être déjà lu La Love Compagnie de cette auteure.

Publié le

Récré 100 : Fébronie la fée de la cuisine

Récré 100 : Fébronie la fée de la cuisine

Récré 100 : Fébronie la fée de la cuisine
Pour le 100e jour d’école, il est important de faire quelque chose de spécial, non ? Donc, il m’est parue normal d’envoyer l’élève du jour dans la cuisine. Mais pour y cuisiner quoi ?
C’est ce qui reste à découvrir. Vous suivez Fébronie ?

Récré 100 : Fébronie la fée de la cuisine

Fébronie, en cuisine, une fée
De sa toque s’est coiffée
Pour nous mitonner en ce jour
Un gâteau préparé avec amour.

Un peu de chocolat par ci
Sinon ce sera un souci
Un peu de chocolat par là
Important, vous ne croyez pas ?

Quelques œufs, pour lier le tout
Sans oublier la farine surtout
Du lait ? Je ne le sais
Ce n’est pas moi qui pâtissais.

Du beurre aussi, c’est important
Même

Des copeaux de noix
Qui viennent de chez moi
En bas dans mon verger
Il est plein le noyer.

Bien mélanger, bien malaxer
La pâte est de suite enfournée
Attention à bien mettre la minuterie
Le brûler serait une tuerie.

Fébronie, en cuisine une fée
Vous présente ce qu’elle a fait
Fébronie,
La fée du brownie !

J’aurais bien voulu vous en faire un de brownie pour fêter cette 100e récré à laquelle je participe. Mais le temps m’a cruellement manqué. Entre le télétravail, la sortie du livre et le jardin… Une autre fois peut-être… Voyons le bon côté de la chose, ce brownie restera virtuel et ne me fera pas grossir ! Je n’ai plus qu’à rendre la toque à mon fils. Vous avez raté une belle photo de moi avec la toque sur la tête !

Écrit dans le cadre du melting pot de la cour de récréation de JB, allez voir les autres Fébronie ! (après midi).

A la semaine prochaine pour un nouveau prénom, qui sera : Zorba, que l’inspiration soit en nous !

Une envie de visiter la récré ?

Publié le

Haïkus 130 : que choisir, fromage ou dessert ?

Haïkus 130 : que choisir, fromage ou dessert ?

Haïkus 130 : que choisir, fromage ou dessert ?
Ceux qui me connaissent bien savent déjà quelle va être la réponse à cette question. Pourtant, je ne vous dévoilerai pas la réponse afin de vous laisser la découvrir au travers de mes haïkus. Vous ne serez d’ailleurs pas long à le comprendre puisqu’on ne peut mélanger le fromage et le dessert. Je suis d’ailleurs totalement en accord avec ce principe.

Haïkus 130 : que choisir, fromage ou dessert ?

Plateau de fromage
soumis à mon pauvre nez
la fuite en avant.

Fromage trop fort
invitation déclinée
ce sera sans moi.

Du fromage cuit
si le chèvre n’est pas là
ça ira pour moi.

Loin de mes papilles
le fromage est refusé
j’en suis désolée.

Direct au dessert
c’est pour moi une évidence
pour un bec sucré.

Mon plus grand plaisir
un gâteau au chocolat
un goût de trop peu.

Pâtisserie maison
avec un gars pâtissier
tant pis les kilos.

Un fruit pour finir
excellent pour la santé
dessert diététique.

Même si c’est interdit, un petit dernier pour la route !

Si on mélangeait
pour tous nous réconcilier
le fameux cheese cake.

Vous l’avez compris, le fromage n’est pas pour moi. Tout juste un morceau de gruyère, mais je peux m’en passer. Par contre, le dessert, incontournable pour moi. Je ne peux finir sans une note sucrée. Tant pis pour les kilos et mon allergie au sucre (si, si)

Chez ABC

Fromage indispensable
pas contre un dessert aux fruits
café pour la finale

Vous avez raté les derniers haïkus, n’hésitez pas à vous rendre dans la rubrique des haïkus.

Le thème est donné sur le blog de Lénaïg . Donc, si le thème vous inspire, n’hésitez pas à me laisser votre production en commentaire ou à rejoindre le groupe si le cœur vous en dit. Cela peut être sur une seule image, je me ferai un plaisir d’ajouter votre haïku aux miens. Alors, si vous n’avez pas de blog ou site, n’hésitez pas, il y a de la place pour tout le monde ici. A vos crayons, prêts, partez.

Publié le

Le sang de nos pères, polar de Guy Morant

Le sang de nos pères

Le sang de nos pères
Livre ou e-book sur Amazon

Résumé Le sang de nos pères :

Un polar à suspense et un thriller politique

Suite à la mort de son mentor, une journaliste de webtélé devient lanceuse d’alerte. Pour elle, c’est le début d’une descente aux enfers, dans un monde où elle ne peut plus compter sur personne.

Deux semaines plus tard, un député et sa femme sont assassinés à Chevreuse, et leurs enfants ont disparu. Des éléments relient cette affaire au capitaine Alaric Autier, de la crim’ de Versailles. Son groupe se lance alors dans une course contre la montre pour retrouver les enfants du couple, entre un suspect aux propos énigmatiques et des gendarmes peu coopératifs.

Une femme en fuite, des enfants disparus : deux drames apparemment sans rapport. Et pourtant…

Troisième enquête du groupe Autier après Effondrements et Embrasements, Le sang de nos pères explore un ensemble de thèmes contemporains, comme la réputation à l’âge des réseaux sociaux, le poids des médias sur les enquêtes policières ou le cyber-harcèlement. Mais le passé est aussi de la partie, sous la forme de trois lettres qui suscitaient autrefois tous les fantasmes : SAC – le Service d’action civique du gaullisme.

Mon avis :

Avant tout, je tiens à remercier l’auteur pour sa confiance. Ayant déjà lu et apprécié Effondrements et Embrasements, il a tenu à me confier ce nouveau bébé. Et me voici plongée dans une nouvelle enquête du capitaine Autier.

Dès le départ, nous sommes confrontés à deux histoires différentes. Celle d’une femme qui cherche justice pour son mentor décédé. De l’autre, un double crime qui met en cause le capitaine Autier. J’ai d’abord cherché à comprendre le pourquoi de ce meurtre avec en prime la disparition des enfants du couple. J’ai franchement mis de côté l’histoire de la femme. Pourtant, on ne peut l’oublier si facilement. L’auteur nous la remet dans les pattes assez régulièrement.

Il faut beaucoup de temps avant de se rendre compte que les deux histoires ont un lien entre elles. Un lien qui n’est pas évident à découvrir. L’auteur nous tient jusqu’au bout dans le suspense.

Et quand on pense que l’histoire arrive au bout… La page suivante nous remet en selle pour découvrir que rien n’est fini. Même la fin nous laisse entrevoir une possible suite. A savoir si l’auteur veut nous laisser le doute, ou s’il a réellement prévu une suite.

J’ai retrouvé avec plaisir le capitaine Autier et son équipe. La vie personnelle du capitaine a évolué depuis le dernier roman. On le voit évoluer dans ses relations hors travail. Il n’est pas encore au bout de ses peines. A croire qu’il ne choisit pas la facilité.

J’ai vraiment beaucoup aimé cette nouvelle enquête qui fait travailler les neurones si on cherche à comprendre la fin avant d’y arriver. Je me suis amusée à suivre leur route alors qu’ils s’approchaient dangereusement de chez moi. Un roman que je conseille à tous les amoureux des romans policiers.

Publié le

Récré 99 : Dieunodort, du haut de son mirador

Récré 99 : Dieunodort, du haut de son mirador

Récré 99 : Dieunodort, du haut de son mirador
En voilà un, maîtresse Jill qui risque de te donner du fil à retordre. Il a dû prendre un peut trop, son nom au pied de la lettre. Quelle idée aussi, de l’affubler d’un tel prénom. Enfin, celui-là ne s’en laisse pas conter et se prend pour… A toi de voir en le découvrant.
Il va falloir l’aider à descendre de là-haut, pour son bien, et le bien de tous. Quelqu’un a une échelle ?

Récré 99 : Dieunodort, du haut de son mirador

Dieunodort jamais ne dort
Depuis qu’on l’a couvert d’or
Il a trop peur qu’on lui dérobe
Jusqu’à sa garde-robe
Radin il est devenu
De peur de se retrouver nu.
Les pauvres, il les fuit
Pourtant avant, c’était lui.

Dieunodort est inodore
Depuis qu’il se prend pour un cador
Sans odeur et sans saveur
Il n’a même plus de couleur
Un fantôme a plus d’âme
Que lui, devenu infâme
Un cadavre plus de chaleur
Que lui, tout en pâleur.

Dieunodort, du haut de son mirador
Ne voit pas qu’il n’est plus qu’un corps
Son esprit bien trop étriqué
La compassion, bien trop compliquée
L’amour pour lui une utopie
L’humanisme sous le tapis
A la vraie vie, il a fait ses adieux
Depuis qu’il se prend pour un dieu.

Vous voyez, je ne disais pas de méchancetés, il va vraiment falloir le faire redescendre sur Terre. Il est plus que temps, avant qu’il ne devienne trop grand. A voir si d’autres Dieunodort pourront lui servir d’exemple.

Image par Stefan Keller de Pixabay
Écrit dans le cadre du melting pot de la cour de récréation de JB, allez voir les autres Dieunodort ! (après midi).

A la semaine prochaine pour un nouveau prénom, qui sera : Fébronie, que l’inspiration soit en nous !

Une envie de visiter la récré ?