Publié par 6 commentaires

Haïkus 147 : l’attente confinée pas si confinée que ça.

Haïkus 147 : l'attente confinée pas si confinée que ça.

Haïkus 147 : l’attente confinée pas si confinée que ça.
L’attente confinée, un thème pas si facile pour moi, car en ce deuxième confinement, ma vie n’a pas vraiment été modifiée. Je ne me sens absolument pas confinée, si ce n’est… Ah non, je ne vais pas tout vous dire ainsi… Allons discuter au travers de ces quelques haïkus.

Haïkus 147 : l’attente confinée pas si confinée que ça.

Aller à l’école
alors qu’on est confiné
je ne comprends pas.

Poursuivre l’école
la garderie nationale
Vive l’économie.

Piscine fermée
pas pour les enfants d’école
tous dans le vestiaire.

Les voitures circulent
où sont donc les confinés ?
on est loin de mars.

Où est donc le calme
du premier confinement
pas dans mon village.

Mettre un pied dehors
c’est bien sûr toujours permis
avec son papier.

Ne pas oublier
pénible, avant de sortir
son attestation.

Mon toutou pressé
de se dégourdir les pattes
papier à remplir.

Le travail, les courses
c’est toujours mon quotidien
non rien n’a changé.

Bon, vous l’aurez compris, à part cette satanée attestation qu’il ne faut pas oublier, ma vie n’a pas réellement changé pour ce deuxième confinement. La santé ? On verra plus tard, en attendant, on porte le masque. Beaucoup d’incompréhensions pour ma part, dans la gestion de cette crise. A part que l’économie est le nerf de la guerre.

Quant aux vérifications ? Je ne sais pas non plus, pas par chez moi. Ici ou en ville, je ne vois pas les forces de l’ordre. Là où je vais chercher mon fils… Pas plus… La population est dehors et discute tranquillement sur la place… Bref, je ne comprends pas vraiment.

Vous avez raté les derniers haïkus, n’hésitez pas à vous rendre dans la rubrique des haïkus.

Le thème est donné sur le blog de Lénaïg . Donc, si le thème vous inspire, n’hésitez pas à rejoindre le groupe si le cœur vous en dit.