Publié par 7 commentaires

Haïkus 147 : l’attente confinée pas si confinée que ça.

Haïkus 147 : l'attente confinée pas si confinée que ça.

Haïkus 147 : l’attente confinée pas si confinée que ça.
L’attente confinée, un thème pas si facile pour moi, car en ce deuxième confinement, ma vie n’a pas vraiment été modifiée. Je ne me sens absolument pas confinée, si ce n’est… Ah non, je ne vais pas tout vous dire ainsi… Allons discuter au travers de ces quelques haïkus.

Haïkus 147 : l’attente confinée pas si confinée que ça.

Aller à l’école
alors qu’on est confiné
je ne comprends pas.

Poursuivre l’école
la garderie nationale
Vive l’économie.

Piscine fermée
pas pour les enfants d’école
tous dans le vestiaire.

Les voitures circulent
où sont donc les confinés ?
on est loin de mars.

Où est donc le calme
du premier confinement
pas dans mon village.

Mettre un pied dehors
c’est bien sûr toujours permis
avec son papier.

Ne pas oublier
pénible, avant de sortir
son attestation.

Mon toutou pressé
de se dégourdir les pattes
papier à remplir.

Le travail, les courses
c’est toujours mon quotidien
non rien n’a changé.

Bon, vous l’aurez compris, à part cette satanée attestation qu’il ne faut pas oublier, ma vie n’a pas réellement changé pour ce deuxième confinement. La santé ? On verra plus tard, en attendant, on porte le masque. Beaucoup d’incompréhensions pour ma part, dans la gestion de cette crise. A part que l’économie est le nerf de la guerre.

Quant aux vérifications ? Je ne sais pas non plus, pas par chez moi. Ici ou en ville, je ne vois pas les forces de l’ordre. Là où je vais chercher mon fils… Pas plus… La population est dehors et discute tranquillement sur la place… Bref, je ne comprends pas vraiment.

Vous avez raté les derniers haïkus, n’hésitez pas à vous rendre dans la rubrique des haïkus.

Le thème est donné sur le blog de Lénaïg . Donc, si le thème vous inspire, n’hésitez pas à rejoindre le groupe si le cœur vous en dit.

Publié par 14 commentaires

Haïkus 146 : Ah les bonnes soupes de l’hiver

Haïkus 146 : Ah les bonnes soupes de l'hiver

Haïkus 146 : Ah les bonnes soupes de l’hiver
Dès les premiers froids (ou fraîcheurs), j’aime remettre la soupe au menu de la semaine. Pourtant, ce n’est pas toujours du goût de mes gars qui ne verraient pas d’un bon oeil de la voir sur la table tous les soirs. Dommage, moi, ça me plairait bien.
Nous sommes fans du velouté de courgette à la vache qui rit. mais cette année, une nouveauté au jardin. Le butternut. Le voisin nous avait proposer des plans de citrouille et nous voilà avec ces gros gourdins qui poussent. Qu’en faire, sachant que zhom n’aime pas la citrouille. Après deux essais, une emporte la victoire !
Je vous laisse découvrir.

Haïkus 146 : Ah les bonnes soupes de l’hiver

Soupe au butternut
trouver la bonne recette
pour plaire à mes hommes.

Butternut et papate
pointe de vache qui rit
recette idéale.

Ah la bonne soupe
pour se réchauffer le soir
fraîcheur de l’automne.

Légumes du jardin
se retrouvent à l’unisson
Pour me réchauffer.

Soupe à la courgette
vache qui rit au rendez-vous
velouté parfait.

Poireaux pomme de terre
N’est pas ce que je préfère
j’y adhère quand même

Soupe et velouté
sont mes repas préférés
Pour passer l’hiver.

Pour un velouté
le Thermomix en action
sans me fatiguer.

En voilà deux beaux spécimens. Désolée pour le décor, je croyais en avoir du jardin, mais je ne retrouve plus la photo. Donc j’en refais une vite fait. On en a déjà eu deux comme celles-là, une a fait trois soupes. L’autre est partie chez la patronne de mon fils. Je pense que ces deux-là vont avoir le même sort. Il doit en rester autant au jardin.

Deux butternuts du jardin

Vous avez raté les derniers haïkus, n’hésitez pas à vous rendre dans la rubrique des haïkus.

Le thème est donné sur le blog de Lénaïg . Donc, si le thème vous inspire, n’hésitez pas à rejoindre le groupe si le cœur vous en dit.

Publié par 8 commentaires

Haïkus 145 : que sera Halloween 2020 ?

Haïkus 145 : que sera Halloween 2020 ?

Haïkus 145 : que sera Halloween 2020 ?
La fête d’Halloween risque d’être bien compromise cette année. Qu’en penser ? personnellement, je trouve qu’il y a plus grave dans la vie. Mais si des enfants viennent frapper à ma porte, je serai là pour leur ouvrir comme tous les ans. A un détail prêt, le masque sera lui aussi de la partie !

Haïkus 145 : que sera Halloween 2020 ?

Tous grimés ce jour
pour effrayer le virus
si c’était possible…

Sorcière ou fantôme
le plaisir de s’amuser
en ces temps maudits.

S’amuser des peurs
pour enfin les surmonter
rien de bien gagné.

Avec ce virus
les enfants sortiront-ils ?
moi je les attends.

Bonbons préparés
saurez-vous les réclamer
à une sorcière.

Comme tous les ans
un repas bien ragoûtant
plaisir des papilles.

En boulangerie
un monstre, mais pas le mien
bien trop beau à voir.

Je vais les croquer
sans remord et sans pitié
ces p’tits monstres-là.

Entre temps, Macaron a parlé, donc Halloween, c’est chacun chez soi. Pas de menu spécial, pas eu le temps de préparer, les courses doivent se faire vite. J’ai quand même une petite idée pour transformer le repas en quelque chose d’un peu terrifiant. On verra ce que ça donnera. Tant pis pour cette année. Bon, je vais me consoler avec les petits monstres commandés en boulangerie (deux derniers haïkus). Photo gentiment prêtée par la Boulangerie Beauvoir où travail mon fils.

Ils sont mignons, non ? En tout cas ils ne me font pas assez peur pour que je ne les dévore pas samedi ! Le combat fera rage entre eux et moi !

Vous avez raté les derniers haïkus, n’hésitez pas à vous rendre dans la rubrique des haïkus.

Le thème est donné sur le blog de Lénaïg . Donc, si le thème vous inspire, n’hésitez pas à rejoindre le groupe si le cœur vous en dit.

Publié par 9 commentaires

Haïkus 144 : le couvre-feu de l’année 2020

Haïkus 144 : le couvre-feu de l'année 2020

Haïkus 144 : le couvre-feu de l’année 2020
Une situation certes peu agréable pour les restaurateurs et les tenants de bars, mais pour nous, hommes, femmes et jeunes… Ne sommes-nous pas capable de faire un effort ? Qu’est-ce que ce couvre-feu par rapport à celui qu’ont vécu nos grands-parents, nos parents ? Franchement, je crois qu’on devrait arrêter de râler et de penser un peu à notre santé et à celle des autres.

Continuer la lecture de Haïkus 144 : le couvre-feu de l’année 2020
Publié par 8 commentaires

Haïkus 143 : zoom sur les petites bêtes de l’été.

Haïkus 143 : zoom sur les petites bêtes de l'été.

Haïkus 143 : zoom sur les petites bêtes de l’été.
Enfin je parviens à trouver le temps, et je dois avouer le courage pour reprendre le chemin de haïkus. Si le premier loupé pouvait être mis sur le dos du thème arrivé trop tard, je ne pouvais en dire autant du suivant que j’ai eu une semaine à l’avance. Je dois bien dire que mercredi dernier, je n’ai eu que peu de courage pour avancer dans la journée. Aujourd’hui, je me sens plus reposée et peut vous concocter ces quelques haïkus. La coccinelle m’est tout de suite venue en tête, puis j’ai consacré deux haïkus aux gendarmes qui amusent tant mes élèves. Personnellement, même s’ils ne me font pas peur, je ne suis pas fan de ces petites bêtes que les enfants laissent grouiller sur leurs bras.

Continuer la lecture de Haïkus 143 : zoom sur les petites bêtes de l’été.
Publié par 8 commentaires

Haïkus 142 : une rentrée pas comme les autres, ou presque.

Haïkus 142 : une rentrée pas comme les autres, ou presque.

Haïkus 142 : une rentrée pas comme les autres, ou presque.
Voilà presque une semaine que nous avons repris le chemin de l’école. Une rentrée bien différente, puisque je me vois déguisée d’un masque sur le visage, comme certains enfants qui le souhaitent. D’autre part, certains élèves remettent comme moi, les pieds à l’école après six mois d’absence. Quels dégâts ? Il est un peu trop tôt pour le dire, j’espère pas trop.
C’est pour moi également, des levers à quatre heures du matin puisque à cause du confinement, grand gaminou n’a pas encore le permis. J’espère qu’il l’aura vite !

Continuer la lecture de Haïkus 142 : une rentrée pas comme les autres, ou presque.
Publié par 6 commentaires

Haïkus 141 : et si on le disait en chansons ?

Haïkus 141 : et si on le disait en chansons ?

Haïkus 141 : et si on le disait en chansons ?
J’espère que vous n’attendez pas des chansons modernes et à la pointe de l’actualité ! Je vous avoue, je suis complètement larguée sur le sujet. J’étais déjà pas bien forte dans ma jeunesse, mais alors plus le temps passe… Plus la chanson trépasse !

Continuer la lecture de Haïkus 141 : et si on le disait en chansons ?
Publié par 5 commentaires

Haïkus 140 : le temps des récoltes est arrivé

Haïkus 140 : le temps des récoltes est arrivé

Haïkus 140 : le temps des récoltes est arrivé
Que ce soit dans nos jardins ou dans les champs, le temps de la récolte est arrivé, même si tout n’est pas encore bien prêt. Dans les champs, les récoltes vont bon train par chez nous. Le blé et tout autre de la même famille sont ramassés depuis quelques semaines déjà, le colza juste avant. Le lavandin, il y a peu. Reste les tournesols et le maïs qui continue sa poussée nous laissant encore un peu de verdure sur les grandes étendues de terre.
Au jardin, le potager donne bien, c’est un plaisir que de manger ce que la nature nous offre après le travail effectué dans la terre.

Continuer la lecture de Haïkus 140 : le temps des récoltes est arrivé
Publié par 4 commentaires

Haïkus 139 : hommage au personnel infirmier

Haïkus 139 : hommage au personnel infirmier

Haïkus 139 : hommage au personnel infirmier
Sur tout les fronts depuis le mois de mars, les infirmières n’ont rien lâché. On pourrait même dire, tout le personnel soignant, quel qu’il soit. Après mon hommage fait aux aides de vie, voici quelques haïkus en l’honneur des infirmières qui ont tout donné ces derniers mois.

Continuer la lecture de Haïkus 139 : hommage au personnel infirmier
Publié par 5 commentaires

Haïkus 138 : les doigts de pieds dans le sable

Haïkus 138 : les doigts de pieds dans le sable

Haïkus 138 : les doigts de pieds dans le sable
Le sable, cette année, ne sera qu’en haïkus, puisque nous avons pris la difficile décision de ne pas partir cette année. Nous ne foulerons pas le sable de nos pieds. Mimi ne fera pas de crise de folie le matin sur la plage. Pas de château de sable pour les garçons, même grands, ils aiment toujours. Ne pas prendre de risque, mais surtout ne pas partir la boule au ventre. Tout ce que j’entends me conforte dans ma décision.

Continuer la lecture de Haïkus 138 : les doigts de pieds dans le sable