Publié le

Défi mots chez la fée capucine 4 : un message étrange

Défi mots chez la fée capucine 4 : un message étrange

 

Défi proposé par La Fée Capucine.

Les 10 mots imposés pour ce défi mots chez la fée capucine 4 : Aube… prairie… tremblante… chorale… herbe… immense…  source… endroit… lumineux… chemin

Je réponds en plus à l’atelier d’écriture de la médiathèque de Selommes auquel je n’ai pu participer à cause de la route à faire.

Défi mots chez la fée capucine 4 : un message étrange

Comme tous les soirs avant de se coucher, Sandra prend son livre afin de s’évader dans le monde irréel des contes de fées. A la troisième page, elle découvre un papier qu’elle prend d’une main tremblante. Elle y lit le message suivant : « Rendez-vous le samedi 22 à 11 heures devant la médiathèque. Toi et les autres sélectionnés, par votre présence vous contribuerez à un événement important pour la vie de Selommes. Sois discret, n’en parle pas aux autres c’est une surprise ! ». Elle est partagée entre une immense excitation à l’idée de contribuer à un événement important pour la vie de son village, et un doute sur la véracité du message. Qu’à cela ne tienne, elle décide de s’y rendre tout de même. Après tout, au pire, elle fera  la route pour rien. Pour ne pas avoir l’air bête en cas de mauvaise blague, elle décide de s’y rendre seule. En plus, c’est un peu ce que sous entend le mot. Mais comment faire comprendre à ses enfants que ce jour-là, ils ne l’accompagneraient pas ?

Le jour venu, elle se lève à l’aube et quitte la maison sans bruit, non sans avoir laissé un mot sur la table.

“Besoin de prendre l’air, je suis partie me balader, je serai de retour pour le repas de midi.”

Ce n’est pas dans ses habitudes, mais après tout, les habitudes sont faites pour être changées. Dehors, l’air frais lui fouette le visage, et le soleil encore peu lumineux peine à réchauffer l’atmosphère. Face à la maison, elle emprunte le chemin qui la mène à travers la prairie. L’endroit est magnifique : des perles de rosée scintillent le long des hautes herbes qui essaient de se sécher après une nuit fraîche et humide. Le soleil continue son ascension dans le ciel et Sandra sa marche matinale. Elle a quelques heures devant elle avant de se rendre à son mystérieux rendez-vous. Elle en profite donc pour suivre le chemin des écoliers et flâner. Pour une fois qu’elle a un petit moment de liberté, elle tient à en profiter.

L’heure tourne et Sandra se retrouve à l’heure dite devant la médiathèque.

Le lieu a l’air silencieux et vide de toute personne. Pourtant, à cette heure, il devrait au moins y avoir Lysiane et Ingrid pour l’accueil des lecteurs. Ce silence mortel est pour elle une source de stress qu’elle a du mal à contenir. Elle s’avance le cœur battant à tout rompre vers la porte qu’elle ouvre sans difficulté. Que se passe-t-il donc ici ? S’il n’y a personne, la porte devrait être fermée ? Elle entre doucement, sans faire de bruit. A gauche, le bureau de prêt est vide. Elle prend à droite et s’arrête net.

Tout le village est réuni dans la grande salle et entonne telle une chorale à Joyeux Anniversaire !

L’événement important c’est elle et c’est le seul moyen que sa famille a trouvé pour la faire venir sans qu’elle ne pose de question. Une façon pour les lecteurs et écrivains en herbes de la remercier de tous ces samedis qu’elle passe pour eux. Ses enfants l’ont bien eu en glissant ce mot dans son livre. Et elle qui pensait leur cacher quelque chose !

Tel est pris qui croyait prendre !

Les production de l’Hirondelle Dany pour ce défi mots chez la fée capucine 4 :

Le concert de la chorale s’est achevé à l’aube. C’était un endroit lumineux. En début du concert j’étais toute tremblante sur cette scène immense. Pour rentrer à la maison je pouvais emprunter le chemin qui passe près de la source et  longe une prairie où l’herbe est bien verte. Mais à l’heure où je suis passé après la chorale je ne pouvais voir l’herbe verte de la prairie car il faisait bien noir. Adieu la source ! Je prendrai la route moins lumineuse mais plus sûre à l’aube de cette nouvelle journée.

————————————————————

Je me suis levé à l’aube d’un jour encore peu lumineux. J’étais tremblante à cause de ce concert de chorale et il me fallait réviser ma partition. Après un rapide déjeuner, j’ai pris le chemin qui serpente le long des prairies où l’herbe a déjà été coupée pour l’hiver et près de la source, un endroit plutôt isolé. Je pensais à cette immense scène du théâtre sur laquelle je serai transi de peur, mais les phares lumineux de la rampe me cacheraient un peu des spectateurs.

—————————————————————

A l’aube, encore endormie, je rêvais à cet endroit où je devais te rencontrer. Nous étions au milieu d’une prairie, près d’une source. Un soleil lumineux brulait cet immense plaine. Un petit chemin nous y avait conduit. Toute tremblante je me suis assise sur l’herbe près de toi. C’est à la répétition de chorale que tu m’avais invité à passer un moment ensemble. Je n’osais pas ! Ce rêve m’a devancé et au réveil, toute tremblante je ne savais que faire !

11 réflexions au sujet de « Défi mots chez la fée capucine 4 : un message étrange »

  1. En effet, il faut savoir ruser pour un effet de surprise…. 😉

  2. Excellent le coup du rendez vous mystérieux. Bravo !!

  3. Coucou Séverine, ah je me suis laissée prendre, je n’ai rien vu venir non plus ! J’ai bien aimé ma lecture, bravo, bon lundi, bises.

  4. Bravo Séverine
    Ton inspiration est fertile… c’est une agréable surprise…merci d’avoir participer.
    bisous

  5. un texte bien émouvant….Bisous (du vécu peut-être?)

    1. Euh, non, absolument pas !

  6. Merci Séverine sur ta réaction sur l’alcool nous ça fait trois générations ras le bol…bonne soirée
    bisous

  7. Le concert de la chorale s’est achevé à l’aube. C’était un endroit lumineux. En début du concert j’étais toute tremblante sur cette scène immense. Pour rentrer à la maison je pouvais emprunter le chemin qui passe près de la source et longe une prairie où l’herbe est bien verte. Mais à l’heure où je suis passé après la chorale je ne pouvais voir l’herbe verte de la prairie car il faisait bien noir. Adieu la source ! Je prendrai la route moins lumineuse mais plus sûre à l’aube de cette nouvelle journée.

  8. Je me suis levé à l’aube d’un jour encore peu lumineux. J’étais tremblante à cause de ce concert de chorale et il me fallait réviser ma partition. Après un rapide déjeuner, j’ai pris le chemin qui serpente le long des prairies où l’herbe a déjà été coupée pour l’hiver et près de la source, un endroit plutôt isolé. Je pensait à cette immense scène du théâtre sur laquelle je serai transi de peur, mais les phares lumineux de la rampe me cacheraient un peu des spectateurs.

  9. A l’aube, encore endormie, je rêvais à cet endroit où je devais te rencontré. Nous étions au milieu d’une prairie, près d’une source. Un soleil lumineux brulait cet immense plaine. Un petit chemin nous y avait conduit. Toute tremblante je me suis assise sur l’herbe près de toi. C’est à la répétition de chorale que tu m’avis invité à passer un moment ensemble. Je n’osais pas ! Ce rêve m’a devancé et au réveil, toute tremblante je ne savais que faire !

  10. Waouh voilà deux beaux textes une très belle participation de vous deux…merci…

    Ou puis-je trouver le lien de Dany…merci Séverine de me le donner…
    très belle journée de la Toussaint…
    bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *