Publié le

Récré 46 : Adonis revient dans l’Aunis

Récré 46

Récré 46 : Adonis revient dans l’Aunis

La rentrée, c’est bien, mais les vacances, c’était mieux. un peu nostalgique, je vous propose une petite balade vers la côte avec Adonis. Son nom ne pouvait que m’y faire retourner. Pour être honnête, je l’ai écrit pendant mon séjour cet été, pendant que mes gars jouaient à la pétanque !

Récré 46 : Adonis revient dans l’Aunis

Composée de petites falaises légères

Et de grèves caillouteuses que les pieds gèrent

La Rochelle, la capitale de l’Aunis

A vu débarquer un beau matin, Adonis,

Petit enfant de marin disparu jadis

Dans l’océan sans pitié qui fut leur nourrice.

Heureux de revenir sur les terres d’ancêtres,

Choisit cette ville pour y trainer ses guêtres,

Entre les tours de la Chaine et Saint Nicolas,

C’est dans le Vieux Port qu’en tout premier il entra.

Ses yeux se posèrent sur la grosse horloge

Dernier vestige d’enceinte, on en fait l’éloge,

Même amputée d’une arche pour mieux circuler

Elle le fit entrer dans le vieux rochelais.

Sous les arches protectrices, lèche-vitrines,

Rue du temple autorisant une vue coquine

Sur le port et sur le clocher saint Sauveur,

Les gentilshommes le font longer la façade

de l’Hôtel de Ville, moins connue mais pas fade.

Devant ce monument purement rochelais

Il décida une pause bien méritée.

Le lendemain reprendrait donc pour Adonis

Son pèlerinage en passant par la Pallice.

 

J’ai suivi un livre sur La Rochelle, puis j’ai tenté de suivre la route en vrai. Pas de vue sur le Port depuis la rue du temple, ou alors les rues ont changé de nom ! Ne suivez donc pas le guide !!!!

Petite photo de l’horloge, prise pour vous !

Grosse horloge

 

L’Adonis du Chaton :

Adonis

Photo prise sur un site de mythologie

 

Superbes statues de ce jeune homme,
Qui n’a rien d’un astronome.
On peut les admirer en Grèce,
Souvent ont disparu quelques pièces.
Adonis, j’admire ta jeunesse,
Tes muscles, aucune faiblesse,
De cheveux bouclés,
Ta tête est encerclée.
A travers les âges,
Tu as gardé tous les avantages,
D’une jeunesse apaisante,
O combien captivante.
Ton nom est toujours donné,
A de jeunes garçons bien nés.

Rejoignons la réalité,
Et restons dans l’actualité.
Vient de sonner la rentrée des classes,
Le jour où les hommes vont à la chasse.
Adonis, mon petit bonhomme,
Tu es encore un môme,
Et tu vas rejoindre l’école,
De notre village,
En traversant les alpages.
Pour prendre, peu à peu, ton envol.
Je t’ai acheté un nouveau cartable,
Que je trouve adorable.
Pour ta première rentrée,
Ne soit pas trop concentré.

Tu te feras vite des copains
J’en suis certain.
A la maison, seul, tu t’ennuyais,
Ne sois pas effrayé.

Adonis a rejoint la cour de l’école ;
Il m’a donné son cache-col,
Car le soleil s’est levé,
Et les nuages lessivés.
Vers moi, il ne se retourne pas,
Je le trouve sympa,
Car mes yeux sont humidifiés,
Je ne veux pas le mortifier.
Avec mes voisines,
Sur la route, doucement, on chemine.

Mères, nous retournons à la maison,
En laissant au loin nos petits polissons.
Aucun mot n’accompagne notre allure,
Le cœur traversé d’une blessure,
D’avoir abandonné nos petits bambins,
A l’école ce matin.
Nos enfants, il ne faut pas les materner,
Sans pour autant les abandonner.
Avec l’école de la vie,
Jamais, ils ne seront assouvis.
Nous les parents, il faut l’admettre,
Comme l’ont fait nos ancêtres.
La vie est un éternel recommencement,
C’est un encemencement.

Écrit dans le cadre du melting pot de la cour de récréation de JB, allez voir les autres Adonis ! (après midi).

A la semaine prochaine pour un nouveau prénom, qui sera : Ute.

14 réflexions au sujet de « Récré 46 : Adonis revient dans l’Aunis »

  1. Bonjour élève Séverine… Un jour ou l’autre on a une certaine nostalgie pour le passé de la famille, lieu qu’on quitta un jour pour d’autres horizons… Un horloge qui en impose ! Adonis sois le bienvenu ) la cour de récré, MERCI à toi, bises de m’dame JB 😉

  2. Un joli retour d’Adonis sur la terre de ses ancêtres. Bises et bon mercredi Séverine

  3. Adonis (la photo de la statue ne passe pas sur le site)

    Superbes statues de ce jeune homme,
    Qui n’a rien d’un astronome.
    On peut les admirer en Grèce,
    Souvent ont disparu quelques pièces.
    Adonis, j’admire ta jeunesse,
    Tes muscles, aucune faiblesse,
    De cheveux bouclés,
    Ta tête est encerclée.
    A travers les âges,
    Tu as gardé tous les avantages,
    D’une jeunesse apaisante,
    O combien captivante.
    Ton nom est toujours donné,
    A de jeunes garçons bien nés.

    Rejoignons la réalité,
    Et restons dans l’actualité.
    Vient de sonner la rentrée des classes,
    Le jour où les hommes vont à la chasse.
    Adonis, mon petit bonhomme,
    Tu es encore un môme,
    Et tu vas rejoindre l’école,
    De notre village,
    En traversant les alpages.
    Pour prendre, peu à peu, ton envol.
    Je t’ai acheté un nouveau cartable,
    Que je trouve adorable.
    Pour ta première rentrée,
    Ne soit pas trop concentré.

    Tu te feras vite des copains
    J’en suis certain.
    A la maison, seul, tu t’ennuyais,
    Ne sois pas effrayé.
    Adonis a rejoint la cour de l’école ;
    Il m’a donné son cache-col,
    Car le soleil s’est levé,
    Et les nuages lessivés.
    Vers moi, il ne se retourne pas,
    Je le trouve sympa,
    Car mes yeux sont humidifiés,
    Je ne veux pas le mortifier.
    Avec mes voisines,
    Sur la route, doucement, on chemine.

    Mères, nous retournons à la maison,
    En laissant au loin nos petits polissons.
    Aucun mot n’accompagne notre allure,
    Le cœur traversé d’une blessure,
    D’avoir abandonné nos petits bambins,
    A l’école ce matin.
    Nos enfants, il ne faut pas les materner,
    Sans pour autant les abandonner.
    Avec l’école de la vie,
    Jamais, ils ne seront assouvis.
    Nous les parents, il faut l’admettre,
    Comme l’ont fait nos ancêtres.
    La vie est un éternel recommencement,
    C’est un encemencement.
    (14 septembre 2017)

  4. Bonjour Séverine,
    Eh bien, tu as bien été inspirée de suivre ce livre à la lettre (au pas ?), puisque ça nous vaut une présentation en règle d’Adonis, aujourd’hui.
    La Rochelle… Je ne connais pas, mais on m’en a tellement parlé (que je risque bien de me laisser tenter !!!)
    Belle journée (puis arrête de croire tout ce qu’on dit dans les livres – sourire), bise.
    FP

  5. La Rochelle au temps des grecs !

  6. Oh, bravo Séverine, et Chaton ! Merci de nous ajouter l’ambiance vécue autour de ton poème, Séverine, la promenade dans La Rochelle avec toi et le jeune Adonis “revenant” n’en est que plus vivante. Gros bisous.

  7. Bravo pour ton Adonis dans l’Aunis.
    Bises Sévy

  8. Une belle promenade dans la Rochelle avec ton Adonis , bravo .
    Bonne journée
    Bisous

  9. Adonis joue au touriste dans cette belle ville

  10. Le pays d’Aunis j’♥ cette région qui j’avoue je prends plaisir à y revenir souvent , d’autant que j’ai des ami(e)s à la Rochelle , …magnifique ville !
    Merci pour ton récit du deux en un
    @ Demain 🙂

  11. Adonis en Aunis…ça sonne bien on pourrait croire à une pièce de Giraudoux !

  12. Une bien belle balade alors! Vive les Adonis!!!

  13. Bravo Séverine ! Dire que j’aurais pu le croiser, s’il avait décidé d’y revenir en 1993 !!!
    Bonne poursuite de ce mercredi !
    Amitiés♥

  14. Joli retour en arrière, bravo tant pour l’illustration que pour l’interprétation.
    Bisous.
    Domi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *