Publié le

Nocturnes rouges roman de William Fisher

Nocturnes rouges

Nocturnes rouges

Livre ou ebook sur Amazon

Résumé de Nocturnes rouges :

Toulouse, 2011. De jeunes étudiants paumés enchaînent les soirées et les expériences pour tromper leur ennui. Indifférents à la série de meurtres qui frappe la ville, ils tentent de trouver une échappatoire dans la superficialité qui rythme leurs vies nocturnes. Mais jusqu’où peut-on vraiment tromper la solitude ? « Certains aiment à répéter que les temps changent à travers des slogans politiques sans aucune emprise sur nos vies. Le changement, c’est maintenant, disent-ils, pendant que les jeunes s’étouffent dans leurs bulles, et ne cherchent rien d’autre que l’auto-destruction et l’envolée dans les mélancolies solitaires »

Mon avis :

Un livre qui me tentait bien car dans la thématique de la jeunesse qui se perd dans un monde qu’il ne comprend pas et qui peut-être ne le comprend pas. Un roman réaliste selon  l’auteur, donc comme il me plait d’écrire. Je fonce donc lire ce livre en échange d’une chronique.

Le début est un peu particulier puisqu’il évoque beaucoup de chansons. Ces dernières ne me parlent pas, ce qui explique peut-être ma non compréhension de leur utilité.

Puis une histoire de meurtre qui rappelle étrangement ce que le personnage principal a écrit, un manuscrit envoyé qui est resté sans réponse des maisons d’édition. Je me dis alors que l’histoire commence. Pourtant on ne fait que suivre ce personnage, jeune homme en fac à Toulouse, entre drogue, sexe et alcool. La vie des étudiants toulousains à ce qu’il parait. Très peu de temps en cours, de toute façon c’est inintéressant. Je me demande comment donc, dans ces conditions, les jeunes peuvent obtenir leurs examens dans cette ville.

Un roman qui nous mène dans les bas fonds de la vie étudiante, un aspect que je n’ai pas connu quand j’étais en fac à Tours, et j’en suis bien heureuse. Dépressifs, s’abstenir, vous plongerez encore plus bas. Quelques bonnes réflexions sur la quête du sens de la vie, sur la recherche de soi, sur les dérives dues aux excès en tout genre.

J’ai trouvé dommage que les histoires de meurtres en rapport avec le manuscrit ne soient pas plus mises en avant. Cela aurait été un fil conducteur qui aurait plus tenu le lecteur en haleine. Je ne m’attendais pas du tout à la fin, sur ce coup là, l’auteur m’a bien surprise.

 

D’autres romans ?

 

Une réflexion au sujet de « Nocturnes rouges roman de William Fisher »

  1. Je viens de le commander, bien que j’en aie beaucoup en retard sur la liseuse…Merci de le signaler. Bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *